Combien d’électricité pour la voiture électrique?

Le 27 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En Allemagne, la Deutsche Post construit ses voitures électriques de livraison.
En Allemagne, la Deutsche Post construit ses voitures électriques de livraison.
VLDT

Il faudra construire l’équivalent de 100 EPR pour alimenter le parc européen de voitures électriques en 2050.

Le Mondial de l’automobile 2016 sera électrique. Ouvrant ses portes le 1er octobre, le salon parisien de la bagnole sera l’occasion pour les grands (et les petits) constructeurs de présenter leurs nouveautés. Au total, plus de 70 modèles consommateurs d’électrons sont attendus dans la capitale. Du jamais vu!

Surprise à Bruxelles

Lutte contre le réchauffement, sensibilité plus grande des populations urbaines aux questions liées à la pollution atmosphérique, scandale Volkswagen sont autant de moteurs au développement de la voiture électrique en Europe. Une course effrénée qui surprend jusqu’aux stratèges de la Commission européenne.

80% de voitures électriques

Dans son scénario de référence, publié en 2013, Bruxelles estimait la part de marché du véhicule électrique à 8% en 2005. Nous n’en sommes plus là. Mise en ligne en début de semaine, une note de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) évalue la demande énergétique d’un parc automobile composé à 80% de descendantes de la Jamais Contente[1]. Un nouveau cap.

150 GW de capacités supplémentaires

Jusqu’en 2030, la demande nouvelle d’électricité imputable au trafic automobile sera modeste: de 4 à 5% en moyenne, selon les pays de l’UE. C’est par la suite que les choses se corsent. En 2050, les voitures électriques pourraient accroître la demande d’électrons de près de 10%, en moyenne. (10,5% en France). Selon les calculs de l’agence basée à Copenhague, cette demande imprévue jusqu’alors nécessitera d’accroître de 150 gigawatts la capacité de production européenne: un peu plus que la totalité du parc français.

Assainissement de la qualité de l’air

Le secteur électrique devant réduire à presque rien ses émissions de CO2 d’ici à 2050, le gain climatique (hors construction des véhicules[1]) d’une électrification du parc européen est importante. L’AEE estime à 255 millions de tonnes par an l’économie d’émission de gaz carbonique générée par un parc automobile électrifié à 80% par rapport à un parc thermique classique. Les baisses d’émission d’oxydes d’azote et de particules seraient du même ordre. En revanche, une légère augmentation des rejets de dioxyde de soufre est attendue, en raison d’un accroissement du nombre de centrales thermiques à flamme.



[1] La construction d’un véhicule électrique requiert environ 70 % d’énergie en plus que celle d’un véhicule thermique.



[1] En 2015, le parc automobile européen comportait 0,15% de voitures électriques, selon l’AEE.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus