Collectivités: récompenser la protection des zones humides

Le 12 juillet 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les collectivités qui mettent en place des stratégies d’urbanisation exemplaires prenant en compte les zones humides et leurs fonctions écologiques vont pouvoir être récompensées. Le ministère en charge de l’écologie, lance à cet effet l’appel à projet pour le Grand Prix « Zones humides en milieu urbanisé », en partenariat avec l’Association des maires de France et les agences de l’eau.
 
Chaque année, l’urbanisation absorbe environ 60.000 ha de zones humides, constituant ainsi une cause majeure de leur régression, notamment dans les espaces littoraux, explique le ministère dans un communiqué du 12 juillet. 
 
La France possède 3 millions d’hectares de zones humides. Mal connues, elles sont souvent considérées comme des terrains improductifs et sans intérêt. Elles constituent pourtant d’importants réservoirs de biodiversité : 50% des oiseaux et 30% des espèces végétales remarquables dépendent de ces sites aux vertus écologiques reconnues (dans le JDLE). Elles ont en effet un pouvoir d’épuration important, réduisent l’érosion, contribuent au renouvellement des nappes phréatiques, stockent naturellement le carbone, écrêtent les crues et atténuent les conséquences des sécheresses. 
 
Les zones humides situées à la périphérie des villes sont des espaces convoités (constructions, aménagements…). Certaines associations déplorent régulièrement le manque d’articulation entre les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) et la Trame verte et bleue (TVB). Les ONG déplorent aussi la faiblesse des mesures agricoles, soulignant l’absence de l’indemnité spéciale Zones humides (ISZH), qui permettrait de lutter contre l’altération de ces zones (dans le JDLE).
 
Le Grenelle de l’Environnement a prévu, d’ici à 2015, l’acquisition de 20.000 hectares de zones humides particulièrement menacées, par le Conservatoire du littoral et les Agences de l’eau (dans le JDLE). En 2009, 6.600 hectares ont déjà été acquis.
 
Dans la continuité de l’action du gouvernement, le Grand Prix «Zones humides en milieu urbanisé» a pour objectif de «valoriser des opérations exemplaires de prise en compte des zones humides dans des opérations d’aménagement, dans les réflexions urbaines ou d’aménagement et dans des démarches et documents de planification (PLU, SCOT)». Non éligibles: les simples mesures compensatoires liées à des projets d’aménagement, «sauf à démontrer une intégration particulièrement réussie de la mesure compensatoire au projet lui-même».
 
Certains aménagements de cours d’eau, les ouvrages uniquement dédiés à une fonction technique épuratoire ou encore les actions non réalisées (par exemple, les futurs projets d’écoquartiers) ne seront pas non plus retenus.
 
Ouvert aux communes et aux établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de métropole et d’Outre-mer, l’appel à projet s’adresse en particulier aux communes littorales et rurales.
 
Les collectivités ont jusqu’au 30 octobre 2011 pour déposer leurs candidatures.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus