Coca aime le bisphénol A

Le 29 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Face aux pressions croissantes des actionnaires, les responsables de Coca Cola ont déclaré mercredi 27 avril que l’arrêt de l’utilisation du bisphénol A (BPA) dans la fabrication des célèbres canettes était prématuré.

Pourtant, lors de la réunion annuelle des actionnaires à Atlanta (USA), un quart d’entre eux avaient voté pour une résolution poussant la compagnie à abandonner le BPA. Un produit considéré comme toxique par le gouvernement canadien, et déjà interdit dans les biberons de ce pays.

Certains Etats américains envisagent aussi son interdiction des cannettes et des boites de conserve métalliques.

Le BPA peut s’échapper des vernis qui tapissent l’intérieur des cannettes pour contaminer les aliments ou les boissons. Il est également présent dans les couverts en plastique, les boites de stockage et les bouteilles en plastique dur, réutilisables.

Perturbateur endocrinien avéré, le BPA est accusé d’être toxique pour la reproduction, d’affecter la fertilité et le développement.

Muthar Kent, directeur général de Coca Cola, a déclaré aux actionnaires que «les preuves scientifiques n’[étaient] pas suffisantes pour justifier un changement de position (de Coca Cola) en ce qui concerne le BPA. Si la compagnie avait le moindre doute sur la sécurité de ses emballages, elle ne continuerait pas à les utiliser. C’est aussi simple».

 
Il a aussi ajouté: «Cela ne veut pas dire que Coca Cola n’explore pas des alternatives». Mais il a souligné: «Nous ne sommes pas spécialisés dans le packaging et décidons en fonction des avis émis par les agences réglementaires».
Selon un porte-parole des actionnaires, «10% des votes des actionnaires réussissent normalement à infléchir la politique de la célèbre compagnie». Il a aussi expliqué que ce vote de 26% était une victoire pour les consommateurs inquiets pour leur santé.
 
L’année dernière, 22% des actionnaires s’étaient prononcés pour une interdiction du BPA. Cette année, il s’agit de 26%. «Nous sommes passé d’un cinquième à un quart des actionnaires favorables à la proposition. Et Coca Cola continue à ignorer nos craintes. Pourtant la progression est nette
 
Rick Smith, à la tête de la campagne de lobbying pour l’interdiction du BPA dans les biberons, appelle dorénavant le gouvernement canadien à étendre l’interdiction aux cannettes. Il estime que Coca-Cola agit comme un «trainard».
 
«La science a prouvé que le BPA présent dans le revêtement de l’intérieur des boites de conserve est l’une des sources les plus importantes d’exposition à ce perturbateur endocrinien. Les gouvernements du monde entier -et plus récemment l’Union européenne- se sont montrés suffisamment inquiets pour bannir le BPA des biberons. Et les cannettes sont les prochaines sur la liste. Les entreprises intelligentes et proactives ont déjà pris des mesures dans ce sens, ne niant pas ce qui est inévitable», a commenté Rick Smith.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus