CO2: mise en place d'un groupe de travail

Le 09 septembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le groupe de travail sur la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre a débuté le 8 septembre avec un exposé sur les scénarios du réchauffement climatique. Les résultats vont permettre un renforcement du Plan Climat.

Les ministres chargés de l'industrie et de l'environnement, François Loos et Nelly Olin, ont mis en place le 8 septembre un groupe de travail sur «la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre de la France à l'horizon 2050», présidé par Christian de Boissieu, président délégué du Conseil d'analyse économique (CAE). L'objectif de réduction des émissions de CO2 de 75% par rapport à 1990 a été inscrit dans la loi du 13 juillet 2005 sur les orientations énergétiques. Composé d'une trentaine de personnalités venant d'horizons variés (monde politique, associations, syndicats, entreprise ou recherche), le groupe est chargé d'évaluer et de proposer différents moyens permettant d'atteindre cet objectif. Il doit rendre son rapport au printemps 2006. Nelly Olin s'est engagée à renforcer le Plan Climat dans l'optique de 2050.

Outre la France, 5 autres pays développés ont fixé des objectifs de réduction précis, mais en y ajoutant parfois des conditions. Ainsi l'Allemagne a décidé de baisser de 40% ses émissions de CO2 d'ici 2020 à condition que les pays de l'Union européenne (UE) l'accompagne avec une diminution de 30%. Le Danemark veut diviser par 2 ses émissions d'ici 2030 si les autres pays développés prennent des engagements. La Norvège réfléchit à s'engager dans une réduction de 50 à 80%, tout comme la République tchèque qui voudrait atteindre une baisse de 45% à l'horizon 2030. La Suède s'est fixé un objectif de réduction de 43% d'émissions par tête d'ici 2050. Le Royaume-Uni affiche l'ambition la plus élevée après la France avec 60% de baisse d'ici 2050. «D'autres pays, notamment le Canada, réfléchissent à une politique de réduction des émissions de CO2 sans toutefois décider de valeur officielle», affirme Richard Baron de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) (1).

Le groupe ne part pas de zéro comme s'est plu à le dire Christian de Boissieu, ce qui fut confirmé par l'exposé de Serge Planton de Météo France. Il est revenu sur les scénarios de changement climatique sur un siècle, notamment à partir du travail du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec). Il a rappelé que les températures sur le dernier siècle pour l'hémisphère nord ont augmenté de 0,4 à 0,8°, ce qui est confirmé par la fonte des glaces et la baisse de la couverture neigeuse. «Il est même probable que les précipitations soient plus importantes notamment sur les hautes et moyennes altitudes. Mais on ne décèle pas une croissance des événements extrêmes», explique Serge Planton. En France, le réchauffement est supérieur avec une hausse d'un degré au cours des 100 dernières années, avec une tendance plus marquée dans le sud de la France.

La hausse des gaz à effets de serre est perceptible dès le milieu du XIXe siècle, mais elle n'est pas comparable avec la croissance qui va marquer le XXIe siècle. «Nous sommes au début d'un processus. Selon les scénarios, on estime que le réchauffement se traduira entre 1,4 et 6° en plus par rapport à 1990, mais tous tablent sur une hausse des précipitations dans les régions déjà pluvieuses et d'importants épisodes de sécheresse dans les régions fortement ensoleillées», poursuit Serge Platon. En fait, la température de 22,5° observée en 2003, l'année de la canicule, marquant une hausse de 4,5° pourrait devenir une moyenne dans les années à venir. Même si des mesures drastiques de stabilisation des CO2 sont prises, le phénomène de changement climatique ne s'enrayera pas facilement: «l'inertie du système climatique entraîne un temps de réponse très long», conclut l'expert. Un nouveau diagnostic devrait paraître d'ici 2 mois, selon Jean-Charles Fourcade du CNRS.



(1) Organe rattaché à l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE)




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus