CO2: le gaz de schiste, la fausse bonne idée

Le 26 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de CO2, vraiment???
Moins de CO2, vraiment???
DR

Aux Etats-Unis, la transition du charbon vers le gaz de schiste pour produire de l’électricité n’aura aucun effet positif sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). Non seulement, son abondance va gonfler la demande, mais elle va freiner le développement des énergies renouvelables.

C’est l’un des arguments des partisans du gaz de schiste: tout kilowattheure qu’il produit dégage 57% moins de CO2 que le charbon. «Ce gaz est souvent présenté comme une passerelle vers un avenir à faible émission de CO2, mais nous pensons au contraire qu’il s’agit d’un grand détour», estime Christine Shearer, de l’University of California à Irvine.

Avec ses collègues, la chercheuse s’est intéressée à l’impact réel du gaz de schiste à long terme. Et ses résultats sont sans appel: il ne devrait y avoir aucun effet sur les émissions de CO2. Car l’abondance de gaz de schiste, moins coûteux que le charbon, devrait faire exploser la consommation d’électricité. Tout en retardant la conversion aux énergies renouvelables.

Selon les scénarios envisagés, le recours accru au gaz de schiste, jusqu’à 50% de l’électricité, devrait au mieux faire baisser les émissions de CO2 de 6% par rapport au 2013, au pire les augmenter de 2%. Si elles ne vont pas améliorer la situation, les fuites de méthane des puits seraient sans grand impact.

«L’usage accru de gaz de schiste pour l’électricité pourrait accroître les émissions de gaz à effet de serre, en en freinant les énergies renouvelables, pourrait bien exacerber le problème de changement climatique à long terme», concluent les chercheurs.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus