CO2: La courbe de Keeling pourrait s’arrêter net

Le 22 novembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La courbe de Keeling.
La courbe de Keeling.
DR

Ce symbole va, peut-être, disparaître. Situé à 3.400 m, au sommet d’un volcan hawaïen, l’observatoire de Mauna Loa abrite de nombreuses expériences et appareils d’observation. L’un d’entre eux a été installé, en 1956, par le géochimiste Charles Keeling pour mesurer en continu la concentration dans l’atmosphère de CO2. Et très vite, ses résultats intriguent le monde scientifique. Car l’appareil que Keeling a mis au point montre que les teneurs en gaz carbonique s’accroissent de 1,5 à 2 parties pour million (ppm) par an.

Pendant des décennies, le chercheur de l’institut océanographique Scripps a poursuivi ses mesures grâce auxquelles fut produite la courbe de Keeling, célébrissime illustration de l’accroissement rapide des teneurs en CO2 dans l’air.

En 1965, les travaux de Keeling servent de base à la rédaction d’un rapport au président Johnson. Epais de quelque 300 pages, ce document est probablement le premier à alerter un chef d’Etat sur les conséquences climatiques de l’accroissement des concentrations de dioxyde de carbone.

Malgré cela, la station cinquantenaire vit probablement ses derniers mois d’existence. La National Science Foundation (NSF), l’administration de l’atmosphère et de l’océan (Noaa) et le secrétariat US à l’énergie qui finançaient l’installation depuis des lustres doivent tailler dans leurs budgets.

Il y a trois ans, l’équipe, aujourd’hui dirigée par Ralph Keeling (le fils du créateur) a divisé par deux son budget pour poursuivre le travail initié par Keeling père. Ce ne sera pas suffisant. A moins que de généreux mécènes ne s’engagent à verser 350.000 dollars (258.700 €) par an.

La fin du «carbomètre» de Keeling n’est pas une catastrophe scientifique. Aujourd’hui, des dizaines de stations réparties de par le monde (dans l’hémisphère Nord surtout) surveillent le CO2 atmosphérique. Pour autant, l’observatoire de Mauna Loa dispose du plus long historique (57 ans de mesure) et de telles mercuriales sont précieuses pour valider des modèles, par exemple.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus