CO2: la barre des 400 ppm est franchie

Le 01 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'observatoire de Mauna Loa mesure les concentrations de CO2 depuis six décennies.
L'observatoire de Mauna Loa mesure les concentrations de CO2 depuis six décennies.

Pour la première fois, la concentration de gaz carbonique dans l’atmosphère atteint ou dépasse les 400 parties pour million (ppm) dans la région Arctique. Et même en Mongolie, s’exclame The Christian Science Monitor.

Si elle est inquiétante, la nouvelle n’a rien de surprenant. Car, exception faite des premières années de la crise financière, les émissions anthropiques de dioxyde de carbone ne cessent de progresser.

La semaine passée, l’agence internationale de l’énergie nous rappelait que les rejets carbonés mondiaux avaient bondit de 3,2% entre 2010 et 2011: un rythme rarement atteint en période «normale» [JDLE]. Mercredi 30 mai, c’est l’Agence européenne de l’environnement qui constatait la hausse de 2,4% des émissions communautaires de gaz à effet de serre entre 2009 et 2010: la plus forte hausse enregistrée ces 20 dernières années dans le Vieux monde [JDLE].

Pourquoi s’intéresser aux 400 ppm? Tout simplement parce que certains climatologues estiment qu’au-delà de cette concentration, la situation climatique pourrait devenir chaotique, voire dangereuse.

Nous n’en sommes pas encore là. Car les niveaux de carbone dans l’atmosphère fluctuent selon les périodes de l’année. Et avec l’arrivée de l’été (et la réduction de l’activité industrielle et de production d’énergie qui l’accompagne), les rejets de CO2 devraient diminuer dans l’hémisphère Nord. Et les teneurs atmosphériques avec.

«Le seuil des 400 est plus psychologique que scientifique», tempère Ronald Prinn, climatologue à l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT) et patron du programme Agage sur l’évaluation de la concentration des gaz rares impliqués dans le changement climatique.

Selon les dernières données publiées par l’observatoire américain de Mauna Loa (Noaa), la concentration mondiale de CO2 dans l’atmosphère est de 393,87 ppm. Mais avec un niveau d’accroissement proche des 2 ppm par an, il est probable que la barre «psychologique» des 400 ppm sera définitivement franchie sous peu.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus