CO2: des chercheurs pour un suivi 10 fois plus dense des émissions

Le 28 avril 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
385: c’est la concentration actuelle en CO2 dans l’atmosphère, en parties par million (ppm). Elle augmente chaque année de 2 ppm. Des initiatives locales de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) existent. Mais il n’y a aucun moyen de mesurer les réductions d’émission entraînées par ces efforts locaux. Pourtant, une amélioration du suivi des émissions servirait à rendre les modèles climatiques plus fiables, de même que la valeur des unités échangées sur les marchés du carbone.

Des chercheurs de l’université du Colorado et de l’administration nationale océanique et atmosphérique (Noaa) ont donc plaidé, vendredi 25 avril dans la revue Science, pour un réseau de collecte des données 10 fois plus dense que celui en vigueur, qui permet uniquement de mesurer les émissions de GES à l’échelle continentale délaissant les zones où sont mises en œuvre d’importants efforts de réduction –tels la Californie ou l’UE.

L’un des chercheurs compare les moyens actuels d’observation à «une carte de Magellan», alors que le défi du changement climatique requiert une technologie similaire «à celle de Google Earth».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus