CO2 : ADP réduit ses émissions de 20%

Le 06 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et de Paris-Orly ont diminué leurs émissions de CO2, annonce Aéroports de Paris (ADP) dans un communiqué du 6 décembre. En récompense, ADP a reçu l'Airport Carbon Accreditation, niveau 2.

L'Airport Carbon Accreditation est un programme lancé par l'association ACI-Europe[1] en 2008, qui évalue et reconnaît les efforts entrepris par les exploitants d’aéroport (et non les avions eux-mêmes), afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Il concerne les utilisations de l'énergie pour chauffer, rafraîchir, éclairer et faire fonctionner les installations dans les bâtiments. Les données sont vérifiées par le bureau Veritas.

« En 2004, nous émettions 125.000 tonnes de CO2 pour répondre à nos consommations d'énergie. Aujourd'hui, ces émissions représentent moins de 100.000 tonnes », se réjouit Pierre Graff, président-directeur général d'ADP. Et l’objectif est de descendre en dessous des 60.000 t à l'horizon 2020.

La certification comprend 4 niveaux d'accréditation : la cartographie, la réduction, l'optimisation et la neutralité. Les deux aéroports ont reçu, il y a moins de 6 mois, le certificat de niveau 1. Cela signifie que le gestionnaire d'aéroport est capable de déterminer les sources d'émission directement liées à son activité et calcule les émissions de CO2 équivalentes.

Le niveau 2 atteint aujourd’hui va plus loin : l’ACI-Europe précise que, pour l’obtenir, « le gestionnaire d'aéroport démontre l'existence d'un plan de gestion du carbone (politique, objectifs, organisation, suivi, formation du personnel mise en place dans ce domaine). Il doit par ailleurs démontrer une réduction de ses émissions de CO2 ».

Aéroports de Paris a également entamé un programme d'installation d'énergies renouvelables avec une centrale géothermique à Paris-Orly, en cours de construction[2], et une chaufferie biomasse à Roissy-Charles de Gaulle, dont la mise en service est prévue pour 2012. Les actions pour atteindre le certificat de niveau 3 « optimisation », qui étend la démarche aux entreprises partenaires des aéroports, ont déjà été engagées, indique le communiqué.

Pour atteindre le niveau 4, les aéroports devront mettre en place un programme de compensation leur permettant d'être neutres en termes d'émission de carbone.



[1] ACI-Europe est la branche européenne de l'association professionnelle mondiale des gestionnaires d'aéroports Airports Council International (ACI). L'ACI-Europe réunit plus de 400 aéroports dans 46 pays. Ses membres représentent 90 % du trafic aérien commercial en Europe, accueillant plus de 1,5 milliard de passagers chaque année

[2] La géothermie à Orly doit permettre de chauffer de façon plus propre 30 % de cet aéroport.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus