Climat: un verdissement aux effets modestes

Le 23 mai 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plus de verdure
Plus de verdure

Responsable du réchauffement, la hausse de la teneur atmosphérique en CO2 a des effets positifs sur la végétation. Un effet très légèrement rafraichissant, qui a freiné la hausse thermique d’environ 10% en 35 ans, révèle une étude publiée lundi 22 mai dans Nature Climate Change.

En avril 2016, une étude internationale révélait un verdissement de la planète, sur 25% à 50% des zones végétales de la planète, depuis 1982. Pour les chercheurs, ce phénomène s’expliquait à 70% par la hausse de la teneur atmosphérique en CO2 -qui dépasse désormais les 400 parties par million (ppm)-, à 9% par des dépôts accrus d’azote (d’origine agricole) et à 8% par le réchauffement.

Or ce verdissement pourrait légèrement freiner le réchauffement, notamment du fait de l’évapotranspiration, par laquelle les plantes humidifient l’atmosphère en sécrétant de l’eau par leurs feuilles. A l’inverse, ce phénomène implique une baisse de l’albédo, à savoir la proportion d’énergie solaire réfléchie par rapport à celle qui arrive.

-0,09°C en 35 ans

Dans leur étude publiée lundi 22 mai, Zhengzhong Zeng, climatologue à l’université de Pékin, et ses collègues ont chiffré l’ensemble des effets biophysiques de ce verdissement. Le bilan est somme toute assez modeste: depuis 1982, il a rafraîchi la température de 0,09°C (à plus ou moins 0,02°C près). Soit 12% de la hausse thermique observée depuis 35 ans, de +0,89°C.

Sans surprise, c’est l’évapotranspiration qui est la principale responsable de cet effet (70%), suivie par les changements de circulation atmosphérique (44%), tandis que la baisse de l’albédo ne joue qu’un rôle marginal (-6%).

Selon les chercheurs, ce verdissement a freiné le réchauffement dans la plupart des régions où il est observé, telles que l’Eurasie boréale, l’Europe, l’Inde, l’Amazonie du nord-ouest et le Sahel. A l’inverse, cet effet a été masqué par des changements de circulation atmosphérique dans d’autres zones, telles que l’est de l’Amérique du Nord et l’est de l’Asie.