Climat: un sujet qui n’est pas (encore) sociétal

Le 18 mars 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Ils étaient 45.000 à marcher pour le climat, à Paris, samedi.
Ils étaient 45.000 à marcher pour le climat, à Paris, samedi.
VLDT

 

Les manifestions pro-climat ont réuni des foules importantes, mais pas immenses. Un signe que les demandes à réduire notre empreinte carbone ne traversent pas encore toutes les strates de la société.

C’est évidemment une première. Vendredi 15 et samedi 16 mars, la France a vu défiler des centaines de milliers de personnes pour le climat. Les Frenchies n’étaient pas seuls. Plus d’un million d’écoliers, collégiens, lycéens et étudiants du monde entier ont battu le pavé ce vendredi, souvent pour la première fois. Samedi, la ‘Marche du siècle’ a également mobilisé des centaines de milliers de manifestants de par le monde. Un tournant? Rien n’est moins sûr.

Ce n’est pas la première fois que les citoyens fustigent l’inaction climatique de ceux qui les gouvernent. Quelques mois avant la conférence de Copenhague, en 2009, la planète s’était enflammée pour le climat. Un certain Donald Trump s’était même offert une pleine page du New York Times pour demander au président Obama de conclure un accord sur le climat. Six années plus tard, on retrouvait cette même ferveur, en lever de rideau de la conférence de Paris.

l'agitation prospère

Cette fois, pas de COP majeure à l’horizon. Mais l’agitation populaire prospère quand même. Est sans doute passée par là l’idée qu’après un quart de siècle de négociations internationales et de multiples stratégies nationales, la menace climatique continue d’avancer vers nous. Alors que nous disposons, nous a rappelé le dernier rapport spécial du Giec[1], de tous les moyens pour stabiliser le réchauffement, y compris à 1,5°C.

«Les gens ne comprennent pas pourquoi ceux qui sont au pouvoir ne font rien», souligne le philosophe Dominique Bourg, en aparté de la présentation de sa liste aux élections européennes. En témoignent de très nombreuses pancartes portées par les manifestations, à Paris ou en province.

loin des masses promises

Le climat est-il devenu une cause sociétale, capable de soulever les foules et de bouleverser les échiquiers politiques? Pas évident. Notamment en France. Bien sûr, les défilés ont été nombreux et souvent fournis. Dans la capitale, 30.000 personnes faisaient la grève du climat vendredi. Et 45.000 ont défilé le lendemain, selon le cabinet Occurence.

On est loin des masses promises par les organisateurs, notamment pour la manif populaire du samedi. Ces derniers avaient pourtant mobilisé large: Gilets jaunes, collectifs de sans-papiers, syndicats, partis, ONG. Important, mais pas déterminant.

propositions radicales

Dans le cortège parisien, rares étaient les Gilets jaunes. Peu nombreux, les syndicalistes. Les écologistes d’Europe Ecologie-les Verts (EELV) étaient, eux, bien présents sous leurs drapeaux verts. Ils ne compensaient pas l’absence des autres partis.

EELV et France Insoumise mis à part, aucune formation politique n’a d’ailleurs réagi à la Marche du siècle. Dans les sondages, EELV, seule formation environnementale en lice depuis des semaines, ne bénéficie pas du printemps climatique. Désintérêt pour la politique ou pour le climat?

Pour s’en faire une idée, il faudra observer la réaction du public et des électeurs aux propositions radicales que ne manqueront pas de faire les candidats de la liste Batho, Bourg, Waechter. La fin de l’avion pas cher et de la voiture à essence de 2019 passeront-ils mieux que le sang, le labeur, les larmes et la sueur de Churchill?

 

 

Encadré

Curieuse communication gouvernementale. Les secrétaires d’Etat Brune Poirson et Gabriel Attal sont descendus dans la rue, vendredi, aux côtés des lycéens. C’est sans doute la première fois que des membres d’un gouvernement participaient volontairement à une manifestation fustigeant le laxisme de ce même gouvernement.



[1] Giec: Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus