Climat: Trump commence son entreprise de démolition

Le 28 mars 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Nouvelle attaque contre le climat
Nouvelle attaque contre le climat

La Maison blanche démantèle plusieurs réglementations fédérales anti-carbone.

 

Comme à son habitude, c’est par un tweet lapidaire que le président des Etats-Unis a annoncé, lundi 27 mars, le démarrage du démantèlement du corpus juridique climatique américain. Pour «rendre sa grandeur à l’Amérique», Donald Trump a signé, ce mardi 28 mars, un décret présidentiel annulant des dispositions mises en œuvre par l’administration Obama.

 

Indépendance énergétique

Le texte restaurant «l’indépendance énergétique» annule la fin des concessions des mines de charbon situées sur les terres fédérales. Il tire un trait sur les mesures destinées à réduire les émissions de méthane des installations pétrolières et gazières. Les agences fédérales et les ministères ne sont désormais plus tenus d’intégrer les conséquences du réchauffement climatique dans leur stratégie, ni d’utiliser le coût social du carbone dans leur décision. Last but not least, le décret annule le Clean Power Plan (CPP), une loi imposant aux Etats fédérés de réduire de 32% les émissions de CO2 du secteur électrique entre 2005 et 2030.

 

Anticiper la décarbonation

Ce faisant, le 45e locataire de la Maison blanche entend respecter l’une de ses promesses électorales: relancer la production d’énergies américaines. Sera-ce efficace? Rien n’est moins sûr. Dans les faits, le CPP n’a jamais réellement été mis en œuvre, la Cour suprême ayant gelé son application. Ce qui n’a pas empêché des compagnies de production d’électricité d’anticiper son application en mettant au rebut de nombreuses centrales au charbon. Les remplaçant par des chaudières à gaz (produit localement), des parcs éoliens ou des centrales solaires.

Entre 2014 et l’été 2015, près de 30 gigawatts (GWe) de capacités électriques au charbon ont été fermés, soulignent les statistiques de l’agence statistique du département à l’énergie (AIE). Et 14 GW supplémentaires doivent de toute façon être arrêtés d’ici 2028, en raison de la réglementation anti-mercure.

 

Rien pour les gueules noires

Les 65.000 gueules noires américaines doivent-elles se féliciter du décret Trump? Eventuellement. Mais les compagnies minières n’embaucheront pas pour autant. Faute de demande locale, seules les mines les plus rentables resteront en production et seront, comme partout, progressivement mécanisées. A supposer que la consommation de king coal progresse, outre-Atlantique, ce sont les robots qui profiteront du décret Trump. Le nombre de mineurs de charbon a diminué d’un quart entre 2008 et 2015. Une tendance de fond. Interrogé par Reuter, le patron des industries charbonnières du Kentucky, Tyler White, s’avoue d’ailleurs bien incapable d’estimer les impacts sur l’emploi du texte promulgué par le président.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus