Climat: les incendies accélèrent la déforestation

Le 24 octobre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des incendies d'une telle ampleur au Portugal sont inédits.
Des incendies d'une telle ampleur au Portugal sont inédits.
DR

Après la déforestation pour gagner des terres agricoles, couper du bois ou extraire des minerais, voici venu le fléau des incendies. Les forêts du globe ont perdu presque 30 millions d’hectares en 2016.

Depuis 2000, c’est du jamais vu: la disparition des zones couvertes de forêts a augmenté de 51% en 2016. Quelque 29,7 millions d'hectares de surfaces forestières, soit la superficie de la Nouvelle-Zélande, ont disparu en une année, selon des estimations publiées lundi 23 octobre par le Global Forest Watch (GFW). En cause: les nombreux incendies qui ont embrasé différents points du globe l’an dernier, tant en Indonésie qu’au Brésil. Et ce chiffre devrait croître encore, avec les récents brasiers en Californie et au Portugal.

Les principaux incendies de 2016. La forêt amazonienne au Brésil a perdu 3,7 millions d'hectares, soit plus du triple qu’en 2015. Le Portugal a perdu 4% de ses surfaces boisées, soit près de la moitié des forêts calcinées dans toute l'Union Européenne, du fait de la présence massive d'eucalyptus, d’une mauvaise gestion des sols et du manque de mesures de prévention comme des coupe-feux. La République du Congo a subi l'incendie de forêt le plus étendu jamais signalé en Afrique centrale avec 15.000 ha détruits début 2016. Au Canada, les flammes ont ravagé en mai plus de 600.000 ha et provoqué 8,8 milliards de dollars de dégâts

El Niño embrase le globe

Selon le GFW –qui a noué un partenariat de surveillance des forêts, chapeauté par l'organisme de recherche World Resources Institute (WRI)-, le changement climatique accroît l'intensité et le coût des feux de forêt. Le courant cyclique chaud du Pacifique El Niño, le second plus intense jamais enregistré, a créé des conditions très sèches dans les Tropiques et joué un rôle dans l’embrasement des forêts boréales et tempérées.

Conséquences sanitaires graves

Mais le feu n’est pas seul en cause dans ces chiffres alarmants pour les ‘poumons verts’ du globe: la déforestation liée à l'agriculture, la coupe de bois et l'activité minière ont également joué un rôle important dans la destruction des forêts en 2016. Ces nouvelles données sont également inquiétantes en matière de santé publique. Pour les seuls feux de forêt qui avaient ravagé Sumatra et Bornéo en 2015, plus de 100.000 personnes sont mortes d’avoir été plongées dans des brouillards de particules fines en Indonésie, Malaisie et Singapour. Mi-octobre, la Bretagne avait connu une atmosphère crépusculaire en pleine journée, du fait de la combinaison de sable venu du Sahara et des fumées d’incendie en provenance du Portugal.

 

.

 

 

 

 

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus