Climat: le Sénat américain fait un tout petit geste

Le 23 juin 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors que les congressmens ont engagés dans une véritable course contre la montre pour adopter enfin l’ Energy Bill avant la fin de la session, certains sénateurs en profitent pour «verdir» quelque peu le projet de loi concocté, en 2001, par le vice-président Dick Cheney.

Mardi, le Sénat a fini par adopter -- par 66 voies pour et 29 contre -un amendement climatique «bi-partisan» défendu par le Républicain du Nebraska Chuck Hagel. Relativement flou, le texte prévoit d'aider financièrement les entreprises à s'équiper de technologies leur permettant de réduire leurs émissions de CO2. Plus intéressant, l'amendement Hagel incite l'administration Bush à favoriser les exportations de ces technologies «low carbon»et notamment vers les pays en développement. Selon Mark Pryor, le sénateur démocrate qui a co-sponsorisé le texte, ce train de mesures ne devrait pas coûter plus de deux milliards de dollars.

Aussi surprenante soit-elle, cette «bonne» nouvelle ne doit pas en cacher plusieurs mauvaises. Lundi, une proposition de loi portée par Jeff Bingaman s'est faite retoquer par le même Sénat. Ce projet, il est vrai, ambitionnait de stabiliser les émissions de GES de l'industrie vers 2020, avec ou sans quotas échangeables. Par ailleurs, hier mercredi, les sénateurs devaient aussi se prononcer, pour la deuxième fois en deux ans, sur une proposition de loi limitant les émissions de gaz carbonique de l'industrie et établissant un marché des quotas d'émissions, à l'instar de celui régissant les rejets de SO2. A nouveau présenté par l'ancien colistier d'Al Gore, Joe Lieberman, ce texte ne devrait pas recevoir l'assentiment d'une majorité de sénateurs, craignent ses plus chauds partisans.

Mais le plus grave n'est peut-être pas là? En effet, soulignent de nombreux observateurs de la vie parlementaire américaine, les amendements votés par le Sénat devront aussi être adoptés par les Représentants. Or, jusqu'à présent, les députés américains se sont montrés beaucoup plus favorables aux mesures permettant d'accroître la production nationale de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) qu'à celles ayant pour objectif la réduction des émissions de gaz à effet de serre. De belles commissions de conciliation en perspective!




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus