Climat: le recours du fermier péruvien contre RWE sera jugé sur le fond

Le 30 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La plainte de Saul Luciano Lliuya donnera bien lieu à un procès
La plainte de Saul Luciano Lliuya donnera bien lieu à un procès

Après avoir été acceptée, la plainte du fermier péruvien contre l’énergéticien RWE a franchi, ce 30 novembre, la deuxième étape judiciaire. La haute cour régionale de Hamm (Allemagne) a accepté de la juger sur le fond et de ne pas mettre fin à la procédure.

Le procès aura bien lieu. Historique, il opposera Saul Luciano Lliuya, un fermier et guide de montagne péruvien soutenu par l’ONG allemande Germanwatch, contre le géant allemand de l’énergie RWE: David contre Goliath. C’est la première fois qu’un citoyen d’un pays du Sud attaque une entreprise polluante du Nord pour sa responsabilité partielle dans l’exposition de la ville d’Huaraz (Cordillère des Andes péruvienne) aux risques climatiques et en particulier aux risques d’inondation dus à la fonte des glaciers. Une responsabilité qu’il va devoir démontrer.

Ce paysan réclame le remboursement, par RWE, d’une partie des travaux de sécurisation d’Huaraz contre les inondations et des 6.300 euros déboursés pour protéger sa maison contre la montée des eaux.

Satisfait de cette nouvelle décision, Saul Luciano Lliuya a déclaré: «Nous avons encore un long chemin à parcourir. Mais en tant qu’alpiniste, je suis habitué aux routes longues et rocailleuses».

 

Une responsabilité partielle envisagée

De son côté, RWE plaide l’irrecevabilité d’une plainte «injustifiée», car «il n’est pas possible d’imputer juridiquement à un émetteur particulier des conséquences spécifiques d’un changement climatique», dixit le groupe basé à Essen. Cet argument avait convaincu le tribunal de première instance en 2016, mais il est récusé par les magistrats de la haute cour régionale. L’an dernier, RWE a relâché 140 millions de tonnes de gaz carbonique, soit 0,4% des émissions anthropiques.

 

Réserves financières

«La décision d’aujourd’hui a des conséquences immédiates sur les obligations légales des plus grands émetteurs au monde. Ils vont devoir évoquer ce risque de litige devant leurs actionnaires et constituer des réserves financières», commente Germanwatch dans un communiqué.

 

Nouvelle histoire

A travers le monde, des magistrats écrivent actuellement une nouvelle histoire, ne laissant plus la responsabilité climatique à la sphère politique, et acceptant de juger les affaires et de condamner les Etats laxistes, comme l’a révélé le recours de l’ONG Urgenda aux Pays-Bas. RWE est le plus gros émetteur de dioxyde de carbone en Europe, même si elle n’a pas de centrale au Pérou. Au niveau mondial, les émissions imputables aux secteurs industriel et énergétique devraient croître de 2% cette année et battre un nouveau record, selon le Global Carbon Project.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus