Climat: le Japon s’apprête à jouer petit bras

Le 09 avril 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tokyo devra réduire ses illuminations.
Tokyo devra réduire ses illuminations.
VLDT

La course contre la montre s’est arrêtée. Depuis le 31 mars, plus aucun pays n’a soumis à l’ONU ses promesses climatiques (INDC). Et les prochains grands arrivages d’INDC ne sont pas attendus avant l’été. Ce qui n’empêche pas les gouvernements d’y travailler.

L’administration nippone met actuellement la dernière main à son projet. Non sans mal. Ce jeudi 9 avril, la presse indiquait que le niveau de l’effort que Tokyo présentera probablement lors du prochain sommet du G7, qui se déroulera les 7 et 8 juin prochains en Allemagne.

Selon Kyodo et le Nikkei, le gouvernement de Shinzo Abe pourrait se satisfaire d’une réduction de 20% des émissions d’ici 2030. Reste à connaître l’année de référence.

Pour l’agence de presse, l’effort serait à réaliser entre 2005 et 2030. Le quotidien des affaires affirme, lui, que la bonne période est 2013-2030. Ce n’est pas anecdotique.

Dans le premier cas, le but poursuivi serait de limiter à 1.056 millions de tonnes de CO2 les émissions japonaises à l’horizon 2030. Soit 9% de moins qu’en 1990, année de référence de l’ONU.

Dans le second cas, l’archipel s’autoriserait à émettre 1.116 Mt CO2 en 2030, soit à peu près le tonnage émis en 1990.

En 2009, Tokyo indiquait vouloir réduire de 25% ses émissions entre 1990 et 2020. Mais c’était avant la catastrophe de Fukushima et l’arrêt de la totalité du parc nucléaire national.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus