Climat: la société civile US reprend le dessus

Le 06 juin 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Edmund Brown, gouverneur de Californie, mène la fronde climatique contre la Maison blanche.
Edmund Brown, gouverneur de Californie, mène la fronde climatique contre la Maison blanche.
DR

La décision de sortir les Etats-Unis de l’Accord de Paris est contestée par un millier d’élus, d’entrepreneurs et de recteurs américains.

 

Saluée comme «courageuse» par l’administrateur de l’agence fédérale de l’environnement (EPA), le climato-sceptique Scott Pruit, la décision de Donald Trump de ne pas respecter l’Accord de Paris n’a pas fait l’unanimité. 59% des Américains critiquent cette option, contre 28% qui l’approuvent, estime un sondage, publié lundi 5 juin par le Washington Post.

1.200 signataires

Dans une lettre ouverte adressée au président des Etats-Unis, 1.200 gouverneurs, maires, entrepreneurs, recteurs d’universités et de lycées américains s’opposent ouvertement à l’oukase présidentiel.

Au cri de «We are still in» (nous y sommes toujours), les signataires annoncent continuer le combat climatique: «Faute de leadership à Washington, ce sont les Etats, les villes, les lycées et universités, les entreprises et les investisseurs, représentant une part non négligeable de l’économie américaine, qui continueront d’œuvrer pour atteindre les ambitieux objectifs climatiques [de l’Accord de Paris, ndlr]».

Colère. L’industrie du sondage fonctionne à plein rendement outre-Atlantique. De quoi donner une image -instantanée- de l’état d’esprit de l’opinion publique américaine. Et pour son premier semestre de présidence, Donald Trump fait jaser. Une étude de Gallup ne trouve qu’un Américain sur trois pour approuver l’action du locataire de la Maison blanche. Ils sont, en revanche, 43%, sondés par Politico, à sérieusement envisager sa destitution.

Dans un communiqué, les élus (parmi lesquels les gouverneurs de Californie et de l’Oregon, les maires de Los Angeles, New York ou Houston) affirment représenter 120 millions d’Américains. Les patrons (dont ceux d’Apple, de Google, de Microsoft ou de Nike) estiment peser 1.400 milliards de dollars (1.241 Md€) de chiffres d’affaires annuels.

La révolte gagne

Et la révolte gagne le département d’Etat. Lundi 5 juin, le chargé d’affaires de l’ambassade américaine à Pékin a subitement démissionné. Diplomate chevronné, David Rank n’a pas supporté de devoir défendre devant les responsables chinois la nouvelle politique climatique de son pays. Au mois de janvier, un millier de fonctionnaires du ministère US des affaires étrangères avaient critiqué la fermeture des frontières américaines aux voyageurs en provenance de 7 pays musulmans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus