Climat: la France n’est pas sur la bonne trajectoire

Le 18 septembre 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En jaune : ce que nous faisons. En vert, ce qu'il faudrait faire.
En jaune : ce que nous faisons. En vert, ce qu'il faudrait faire.
Observatoire Climat Energie

Emissions sectorielles, consommation d'énergie, rénovation des bâtiments, performances des véhicules : aucun objectif fixé par le budget carbone national n'est atteint.

 

Depuis la publication, en juin dernier, du premier rapport du Haut conseil pour le climat, on s’en doutait un peu. Cela se confirme. La France n’est pas du tout sur les bons rails pour atteindre en 2050 la neutralité carbone, objectif fixé par la loi énergie climat, en cours d’adoption par le Parlement.

inefficacité des politiques

Présentée, ce mercredi 18 septembre, la dernière édition de l’Observatoire Climat-énergie montre l’inefficacité des politiques publiques en la matière. Jugeant les premiers résultats de la stratégie nationale bas carbone (SNBC), de la première programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), l’étude conduite par le Réseau Action Climat (RAC), le CLER, EPE, l’Iddri et l’Ademe synthétise le bilan en 9 indicateurs: émissions de gaz à effet de serre, émissions carbonées sectorielles, consommation d’énergie, etc. «Tous sont au rouge», résume Anne Bringault, du RAC

fort dépassement du bâtiment

Les émissions 2018 de gaz à effet de serre sont supérieures de 4,5% à l’objectif fixé par le premier budget carbone de la SNBC. Le déploiement des énergies renouvelable est trop lent pour atteindre l’objectif fixé par le paquet énergie climat 2020 (23%). Les émissions des transports sont supérieures de 12,6% à la part allouée par le premier budget carbone. «Cela est, en partie, imputable à l’accroissement des ventes de véhicules neufs à essence, plus émetteurs de CO2 que les diesel», nuance Claire Tuttenuit, d’EPE. Le secteur du bâtiment tient le pompon, avec un dépassement de 14,5% par rapport à son objectif.

Objectif intenable

«Le fret ferroviaire et fluvial sont en train de s'effondrer alors que le fret routier augmente», déplore Anne Bringault, tandis que «pour le bâtiment, nous ne sommes pas du tout sur le rythme des rénovations annoncées». Le gouvernement vise 500.000 rénovations de logement par an, score jamais tenu jusqu'à présent. «Ces chiffres nous montrent l’ampleur du travail qu’il reste à accomplir», a commenté Erwan Balanant, député (Modem) du Finistère.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus