Climat: l’insoutenable teasing du Pape

Le 05 mai 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mais que dira le pape François sur le climat ?
Mais que dira le pape François sur le climat ?
APS

Une encyclique du pape François, c’est un peu comme une keynote d’Apple: ça mobilise les foules des mois avant la date de publication. Et depuis des mois, le Vatican fait savoir à la planète médiatique que le vicaire du Christ phosphore sur les changements climatiques et qu’il prendra une position forte sur le sujet. Pour le reste, ce n’est que spéculation.

Aux dernières nouvelles, le texte très attendu de l’évêque de Rome devrait être adressé à la chrétienté dans le courant du mois de juin. Un moment particulièrement bien choisi: les négociateurs de la COP 21 auront achevé leur second round de négociations préliminaires à Bonn. Nous serons à quelques jours de l’ouverture du sommet du G7 où la question climatique sera au menu des discussions.

La campagne présidentielle américaine devrait battre son plein. Et nombre d’observateurs imaginent que le Global Warming pourrait être un sujet d’empoignade électoral important. Un détail: François est le pape le plus populaire de mémoire d’Américain. Last but not least: les chancelleries seront aussi en pleine négociation pour définir les objectifs du développement durable (ODD), qui succèderont aux objectifs du millénaire.

Technologies et partage

Que dira l’encyclique? Si les services du Vatican assurent qu’elle est déjà rédigée, personne n’en connaît, officiellement, le contenu. On peut toutefois s’en douter. En fin de semaine passée, l’académie pontificale des sciences tenait précisément un colloque sur la lutte contre le changement climatique et l’accès à l’énergie pour tous.

A l’issue des discussions, auxquelles ont participé le paléontologue Yves Coppens et le «créateur» de la géo-ingénierie Paul Crutzen, la surconsommation d’énergies fossiles a été mise à l’index. Aux enfers, également, cette gouvernance mondiale qui veut que la moitié de l’énergie consommée annuellement le soit par le milliard d’humains les plus riches.

Scientifiques et hommes d’église soulignent aussi que nous disposons de toutes les technologies nécessaires pour stabiliser le réchauffement, fournir de l’énergie propre au plus grand nombre, sans que cela ne réduise l’espérance de vie des plus pauvres (contrairement aux foyers au charbon ou aux lampes au kérosène). Reste à les partager. Ce qui rejoint, finalement, les recommandations formulées, le 4 mai, par l’Agence internationale de l’énergie.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus