Climat: l’avenir sombre de l’Asean

Le 02 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
70% des centrales en construction dans l'Asean consommeront du charbon.
70% des centrales en construction dans l'Asean consommeront du charbon.
DR

Avec des besoins énergétiques croissants et des prix du charbon qui s’effondrent, l’Asie du Sud-est devrait voir exploser ses émissions de CO2.

Les pays membres de l’Association des nations du Sud-est asiatique (Asean) n’ont visiblement pas inscrit la lutte contre le changement climatique dans leur agenda. Mardi 1er octobre, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a rendue public un audit de la politique énergétique menée par ces 10 Etats[i]. Une étude dont les résultats sont plus qu’inquiétants, tant les besoins économiques et humains progressent à grande vitesse.

50 fois la consommation norvégienne

Entre 1990 et 2011, souligne l’AIE, la population de l’Asean est passée de 444 à 600 millions. Dans le même temps, le PNB régional a presque triplé et la demande en énergie primaire a plus que doublé. A elle seule, la consommation d’électricité a quintuplé. Un exemple: l’Indonésie. Jusqu’en 2005, l’archipel aux 13.000 îles consommait moins d’électrons que la Norvège. Désormais, la troisième démocratie du monde engloutit 50 fois plus d’électricité que le royaume scandinave. Le mix énergétique régional étant fortement carboné (pétrole, gaz et charbon fournissent 74% de l’énergie primaire), les rejets de gaz carbonique n’ont cessé de progresser. Au cours des deux dernières décennies, elles ont plus que triplé (1,2 milliard de tonnes en 2011).

Partout, de nouvelles centrales au charbon

Et les perspectives s’annoncent des plus noires. La croissance démographique va se poursuivre. La région devrait compter 138 millions d’habitants supplémentaires entre 2011 et 2035. Durant la même période, la population urbaine passera de 45 à 59%. Avec des besoins énergétiques qui augmenteront d’environ 2,5%/an.

Autre problème: le prix du charbon n’a cessé de dégringoler ces dernières années. Résultat: les électriciens investissent massivement dans des centrales électriques au charbon: 70% des installations en cours de construction brûleront du charbon vapeur. Dans 20 ans, «King Coal» fournira 28% de l’énergie de l’Asean, contre 16% en 2011. Toutes les autres composantes du mix énergétique perdront des parts de marché, renouvelables compris.

En toute logique, les émissions de CO2 «énergétiques» vont donc exploser. L’AIE annonce un quasi-doublement du montant de la facture carbonique locale; lequel devrait atteindre 2,3 Mdt CO2 par an, à l’horizon 2035. Mais il y aura encore de la marge. Car, comme le relève d’ores et déjà les observateurs, le bilan carbone d’un habitant d’un pays de l’Asean sera inférieur de 60% à celui d’un citoyen d’une nation de l’OCDE. Il n’y a pas à dire, les négociations climatiques ne seront pas des plus simples.



[i] L’Asean regroupe le Bruneï, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus