Climat: deux sommets antagonistes

Le 20 avril 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les négociations climatiques ont beau piétiner, cela ne décourage pas les organisateurs de manifestations. Ces derniers jours, deux conférences internationales sur le climat ont défrayé la chronique.

La plus médiatique s’est ouverte, mardi 20 avril, à Cochabamba, la capitale quechua de la Bolivie. Initiée par le président Evo Morales, elle se veut «la conférence des peuples contre le changement climatique», en opposition au processus onusien. Cette conférence doit en principe, produire plusieurs textes (une déclaration universelle des droits de la «Terre mère», la dette climatique des pays du Nord envers ceux du Sud, une proposition de tribunal international de justice climatique) dont les dirigeants boliviens espèrent qu’ils seront adoptés lors du prochain sommet climatique de Cancun (Mexique), en novembre prochain. Ce qui a peu de chances de se produire. A l’exception des alliés politiques du président bolivien (les présidents vénézuélien et nicaraguayen), aucun chef d’Etat ou de gouvernement n’a répondu à l’invitation du président bolivien. De plus, ce sommet est hors du processus de négociation international. Aussi généreuses soient-elles, ses conclusions risquent de rester lettres mortes.

Tel pourrait être aussi le cas des résultats du dernier forum des économies majeures sur l’énergie et le climat, qui s’est tenu à Washington, lundi. Technique, cette réunion des 17 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre du monde a principalement porté sur les sujets à régler avant la tenue du sommet de Cancun. Le chef des négociateurs américains a indiqué, lundi, que des progrès ont été enregistrés dans les domaines de la réduction des émissions, de la transparence, des finances, du transfert de technologie et de l’adaptation. Sans autre précision. Tod Stern a aussi indiqué que le montant de l’aide américaine aux pays les plus menacés par les conséquences des changements climatiques s’élèverait à 3,2 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros) entre 2010 et 2011.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus