Climat: des pêcheurs américains traînent en justice 30 compagnies pétrolières

Le 15 novembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les pêcheurs de crabes ont vu leurs revenus divisés par deux
Les pêcheurs de crabes ont vu leurs revenus divisés par deux

La fédération des associations de pêcheurs de la côte Pacifique (PCFFA) a attaqué en justice, le 14 novembre, 30 compagnies pétrolières au nom de leur responsabilité dans le réchauffement qui affecte les eaux et les espèces halieutiques. Une première.

 

«Nous ne pouvons presque plus gagner notre vie en pêchant le crabe», se lamente John Beardon, qui a constaté une division par deux de ses revenus au cours des dernières années à cause du réchauffement climatique. Lassés, les pêcheurs de crabes de la côte Ouest ont décidé d’attaquer 30 compagnies pétrolières, dont Chevron, ExxonMobil, BP, Shell, ConocoPhillips et Total USA, pour obtenir des compensations financières.

Déposée devant la Cour supérieure de l’Etat Californien, leur action constitue une première. Le plus souvent, les procès climatiques sont en effet lancés par des associations ou des citoyens contre des Etats ou des entreprises. Mais certaines activités économiques sont aussi victimes des effets du réchauffement. «Les entreprises visées par notre action en justice ont sciemment causé un préjudice et doivent être tenues pour responsables», a déclaré Noah Oppenheim, directeur exécutif de la PCFFA. «Les accusés savent depuis près de 50 ans que les émissions de gaz à effet de serre provenant de leurs combustibles fossiles ont un impact significatif sur le climat de la Terre. Pourtant, ils ont dissimulé les dangers et mené de grandes campagnes pour promouvoir l’utilisation de plus en plus importante de leurs produits», estiment la PCFFA, la plus grande association de pêcheurs de la côte Ouest.

Saisons raccourcies

Depuis les trois dernières saisons, ces pêcheurs font face à une forte réduction de la période de pêche à cause du réchauffement des eaux océaniques. Le pire a été enregistré lors de la saison 2015/2016, les bateaux n’étant sortis qu’en mars au lieu de novembre. Au total, le secteur a vu ses revenus osciller entre 17 millions de dollars en 2015, 83 M$ en 2016 et 47 M$ en 2017. Au total, 1.000 professionnels sont titulaires d’une licence pour la pêche au crabe en Californie et dans l’Oregon.

Algues toxiques

La hausse des températures a aussi provoqué une prolifération des algues sur la côte du Pacifique. Ces algues ont généré une accumulation de neurotoxines (acide domoïque), rendant les crabes potentiellement toxiques pour la consommation humaine. Début novembre, le département californien de santé publique a recommandé de ne pas manger les organes internes des crabes provenant des régions de Bodega Bay et Russian River en raison des fortes concentrations en acide domoïque.

L’argent demandé aux compagnies pétrolières pourrait servir à financer la transition des pêcheurs, et notamment des actions permettant aux crabes de se purger de leurs toxines. «Au-delà du fait qu’il s’agit d’un procès conduit par des entreprises contre des entreprises, les plaignants s’appuient sur un nouvel argument, à savoir que les compagnies pétrolières connaissent depuis 50 ans les impacts de leurs émissions sur le changement climatique mais n’ont rien fait pour les réduire», commente Michael Burger, directeur exécutif du Sabin Center, spécialisé dans le droit climatique à l’université de Columbia. Comme l’action intentée par l’ONG néerlandaise Urgenda contre les Pays-Bas, il y a fort à parier que celle-ci donnera des idées à d’autres entreprises.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus