Climat: des espèces aujourd’hui en bonne santé menacées demain

Le 14 juin 2013 par Marine Jobert
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les coraux, déjà très menacés, en première ligne du changement climatique.
Les coraux, déjà très menacés, en première ligne du changement climatique.
DR

Il faut évaluer plus finement les conséquences du changement climatique sur des espèces animales aujourd’hui en bonne santé. C’est l’enseignement d’une étude parue dans la revue Plos One. Une équipe internationale s’est livrée à l’observation de trois groupes taxonomiques et de plusieurs régions particulièrement vulnérables au changement climatique, qui a été calculé sur la base de trois scénarios de réchauffement, appliqués à horizon 2050 et 2090. En se basant sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les chercheurs ont conclu que nombre d’espèces d'oiseaux, d'amphibiens et de coraux, alors qu’ils ne sont pas actuellement menacés, pourraient se retrouver en danger à cause du réchauffement climatique. Les chercheurs ont élaboré une nouvelle échelle de mesure, qui permet d’évaluer la vulnérabilité de chaque groupe taxonomique au changement climatique. Elle se fonde sur l'exposition de chaque groupe, sur sa sensibilité au changement et sur sa capacité d'adaptation.

 

«Les espèces qui sont très vulnérables au changement climatique mais qui ne sont pas actuellement menacées représentent potentiellement de nouvelles priorités pour la conservation», estime l’étude. Cela concerne entre 17 et 41% des espèces d’oiseaux, entre 11 et 29% des amphibiens et entre 9 et 22% des coraux. Les chiffres sont évidemment plus élevés quand les espèces étudiées sont déjà sensibles au changement climatique, puisqu’ils oscillent alors entre 74 et 83% pour les oiseaux, entre 51 et 66% pour les amphibiens et entre 61 et 70% pour les coraux.

 

Afin d’affiner l’analyse, les chercheurs ont circonscrit les zones dans lesquelles vivent les espèces qui vont s’avérer plus fragiles au changement. Les oiseaux menacés se concentrent dans le bassin de l’Amazonie et l’est de l’Amérique du Sud, l’Europe, le bassin du Congo, l’Australie et des zones en Amérique du Nord et en Asie. Les amphibiens menacés sont plutôt situés dans le bassin de l’Amazonie, en Eurasie, au sud de l’Amérique du Nord et à Madagascar. Quant aux coraux, ceux des Caraïbes et de la mer Rouge devront faire l’objet d’une surveillance particulière.

 

Wendy Foden de l'UICN, qui a dirigé les travaux de la centaine de scientifiques impliqués dans l’étude, estime que les priorités en matière de conservation de la nature doivent être revues, en particulier afin de déterminer des zones protégées de la vie sauvage, rapporte Reuters. «Le changement climatique n'est pas la menace la plus importante pour le moment», a-t-elle estimé [JDLE].

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus