Climat: Bush fait ses propositions

Le 01 juin 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors que les Etats-Unis ont toujours refusé de ratifier le protocole de Kyoto, le président George W. Bush a expliqué jeudi 31 mai qu’il souhaitait fixer fin 2008 un objectif mondial de réduction, à long terme, des émissions de gaz à effet de serre.

«Les Etats-Unis prennent cette question au sérieux». Le président américain George W. Bush n'a jamais brillé par ses prises de positions environnementales et jeudi 31 mai, son ton pouvait étonner. Plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de la planète avec la Chine, les Etats-Unis n'ont jamais ratifié le protocole de Kyoto. Ils ont mis en avant qu'il pourrait freiner leur économie et que de telles contraintes n'avaient aucun sens si l'Inde et la Chine n'y étaient pas soumises.

Jeudi 31 mai, une semaine avant la tenue du G8 de Heiligendamm, en Allemagne, le président américain a donc pris position, lors d'une conférence de presse, en faveur d'un nouveau cycle de négociations avec les grandes économies mondiales pour fixer d'ici à fin 2008 un objectif mondial de réductions des émissions de gaz à effet de serre et de lutte contre le réchauffement climatique. Une première. Il a ajouté qu'il soumettrait cette «nouvelle initiative» la semaine prochaine lors du sommet du G8 en Allemagne. Mais pas question, semble t-il, de fixer des objectifs contraignants, ce qui constitue l'un des contentieux diplomatique les plus importants avec l'Union européenne.

Rappelons que durant les discussions préparatoires du sommet d'Heiligendamm, les grands pays industrialisés ont eu beaucoup de peine à s'entendre sur une déclaration commune sur le climat. Washington avait refusé toute définition d'objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, pourtant réclamée par les autres participants. Dana Perino, la porte-parole de la Maison Blanche a expliqué que le président Bush n'entend pas agir à n'importe quel prix et au détriment de l'économie américaine.

George Bush souhaite notamment organiser des réunions avec les principaux émetteurs de CO2 de la planète, notamment la Chine et l'Inde. La première réunion de ce type aurait lieu cet automne aux Etats-Unis afin de parvenir, à terme, à un consensus sur un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Pour le moment, la Chine et l'Inde ne sont tenues par aucun engagement dans le cadre du protocole de Kyoto. Le président américain a également déclaré qu'il inciterait le G8 à supprimer d'ici à la fin de l'année les obstacles douaniers aux échanges de technologies et de services favorables à l'environnement.

«Je vois qu'il y a du mouvement», a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel suite à ces propos, avant de reconnaître qu'il restait du travail avant de s'entendre sur une déclaration finale au G8. Le Premier ministre britannique Tony Blair a lui salué «un énorme pas en avant». Dans un interview au quotidien le Financial Times Deutschland, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a lui estimé: «Nous avons besoin d'une position plus ambitieuse de la part des Etats-Unis. Ils misent beaucoup sur les mécanismes du marché dans la lutte contre le changement climatique, et cela avec raison, mais les mécanismes du marché ne fonctionnent que si l'on a des objectifs contraignants».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus