Clémenceau: la Marine nationale conclut à la non-pollution des eaux

Le 20 janvier 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Suite à l’opération de grattage de la coque du Clémenceau, la Marine nationale a réalisé des analyses de l’eau pour détecter d’éventuelles traces de pollution. Les résultats donnent une teneur en TBT (tributlétains) qualifiée de «normale», soit «13 nanogrammes par litre (ng/l) sur l'ensemble de la colonne d'eau, à rapporter à une valeur moyenne sur les trois dernières années de 9 ng/l», indique la Marine nationale dans un communiqué du 16 janvier.

L’association environnementale brestoise AE2D, qui avait porté plainte début janvier contre X pour pollution de la rade de Brest (1) n’est pas pour autant rassurée. Elle réclame des analyses indépendantes et s’étonne que de telles mesures n’aient pas concerné également les sédiments au-dessous de la coque. En effet pour l’association, «le problème du grattage […] n’est pas tant la dissémination des particules rejetées directement dans le milieu liquide, mais le fait que le TBT, dans le milieu aquatique, rejoigne les sédiments déjà très pollués et ne se dégrade alors que très lentement. La présence d’un stock important de ce biocide constitue alors une menace permanente pout les organismes marins», affirme AE2D.

(1) Dans le JDLE «Le Clémenceau fait encore parler de lui»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus