Claude Lorius, explorateur du climat

Le 18 mai 2015 par Stéphanie Senet et Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'histoire du réchauffement climatique au festival de Cannes
L'histoire du réchauffement climatique au festival de Cannes
Crédit: Luc Jacquet Wild-Touch

Le glaciologue Claude Lorius a mis en lumière la responsabilité de l’Homme dans le réchauffement climatique grâce à son analyse des carottes glaciaires prélevées en Antarctique. Entretien avec un explorateur du climat, sujet principal du nouveau film de Luc Jacquet, La Glace et le Ciel, qui sortira sur les écrans en octobre prochain.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce film?

C’est très simple. Luc Jacquet est venu me rencontrer, il y a quatre ans, après la publication de mon Voyage dans l’Anthropocène[1] et il m’a parlé de son projet. Je connaissais la Marche de l’empereur, qu’il avait tourné en Antarctique. J’ai trouvé cette idée formidable. J’ai pensé que c’était une bonne façon de transmettre au public ce que j’ai vécu et peut-être aussi l’impact des découvertes que nous avons faites dans la glace.

 

Quel est le principal message du film?

L’Antarctique nous a laissé un message. C’est là-bas qu’on a appris que l’homme bouleversait le climat de la planète et les conditions de vie des humains. Il est toujours aussi urgent de diffuser ce message. Mais il ne faut pas se contenter de paroles. Le plus dur, c’est d’agir.

 

Comment s’est faite la découverte?

Les découvertes ont été de deux natures. La première s’est produite lors d’un carottage en zone côtière. On a compris qu’on pouvait lire l’histoire du climat dans la glace et remonter très loin dans le temps. C’était en 1963. La seconde s’est produite deux ans plus tard. On a compris que les bulles d’air enfermées dans la glace nous racontaient l’histoire de la composition de l’atmosphère, il y a 100 ans, 1.000 ans, ou 100.000 ans. Et c’est en mettant des échantillons prélevés dans un verre de whisky que j’ai compris leur message. Ces découvertes nous ont permis de prouver que les variations naturelles du climat, dues à la balade de la Terre autour du soleil, sont fortement influencées par les gaz à effet de serre dégagés par les activités humaines.

Claude Lorius en 9 dates
1932 Naissance à Besançon
1957 Premier hivernage à la station Charcot en Antarctique
1961 Entrée comme chercheur au CNRS
1975 Il pilote le forage du Dôme C en Antarctique qui retrace 400.000 ans d’histoire climatique
1983 Directeur du laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement de Grenoble 
2008 Lauréat du prix Blue Planet
2011 Publication du Voyage dans l’Anthropocène, ed Actes Sud
2012 Début de l’aventure de la Glace et le Ciel avec Luc Jacquet
2015 Projection du film, le 24 mai, en clôture du festival de Cannes et sortie du film à l'automne

Comment ont-elles été perçues ? 

C’était inattendu. J’ai moi-même été très surpris de voir que la célèbre revue britannique Nature en fasse la couverture, en octobre 1987[2], et publie d’un coup trois articles que j’avais écrits. Cela a été un choc.

 

Comment ont réagi les politiques et la société à cette époque?

A mon retour d’une expédition, j’ai été invité par Michel Rocard (alors Premier ministre, ndlr)[3]. Un début de prise de conscience s’est amorcé à cette époque. Mais agir c’est autre chose, ça touche directement les individus, les sociétés. Certaines décisions vont dans le bon sens, comme la Russie et la Chine qui déclarent vouloir changer le monde de production de leur énergie, mais les élections ont tendance à figer toute capacité de changement.

 

Quelles sont selon vous les actions prioritaires à mener ?

Il faut surtout changer de mode de production d’énergie et se tourner vers les énergies renouvelables pour émettre moins de gaz à effet de serre. Le problème, c’est que l’homme en veut toujours davantage, de confort, d’énergie… Il n’en reste pas moins qu’une prise de conscience est sensible.



[1] Publié aux ed. Actes Sud en octobre 2013

[2] Etude Nature

http://www.nature.com/nature/journal/v329/n6138/pdf/329414a0.pdf

[3] Michel Rocard a été nommé en 2009 ambassadeur de la France pour les pôles

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus