Cites: tortues et bois tropicaux inscrits à l’annexe II

Le 13 mars 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plusieurs espèces de Dalbergia ont été protégées
Plusieurs espèces de Dalbergia ont été protégées

Les Etats présents à la Conférence des parties de la Convention sur le commerce international des espèces (Cites) ont adopté, le 12 mars, l’inscription de plusieurs espèces de bois tropicaux à l’annexe II.

Il s’agit d’une cinquantaine d’espèces de Dalbergia (bois de rose ou palissandre) et d’ébène, qui poussent principalement à Madagascar, en Asie du Sud-est (Thaïlande et Vietnam) et en Amérique centrale.

«Jamais auparavant autant de propositions positives n'avaient été adoptées par des pays de la Cites pour lister des espèces d'arbres», a déclaré à l’AFP Juan Carlos Cantu, de l'ONG Defenders of Wildlife.

«Nous avons enfin un outil légal pour protéger le bois de rose, essentiellement vendu sur le marché noir chinois avec son lot de trafics et de violences», a commenté Faith Doherty de l’ONG Environmental Investigation Agency.

Leur inscription à l’annexe II prévoit désormais la délivrance de permis d’exportation (le pays exportateur devra prouver que le commerce ne nuit pas à la survie de l’espèce), d’importation et des contrôles. Des mesures qui pourraient sauver ces arbres, dont l’extinction est prévue d’ici 10 à 20 ans en raison de l’essor du commerce illégal. En Thaïlande, le nombre de palissandres a notamment chuté de 70% entre 2005 et 2011, passant de 300.000 à 90.000.

Ces espèces sont en effet de plus en plus demandées en Asie pour la fabrication de meubles, de revêtements de sol, de pièces de jeux d’échecs et d’instruments de musique.

Le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) estime que 50 à 90% de l'exploitation forestière dans les pays tropicaux-clés du bassin amazonien, d'Afrique centrale et d'Asie du Sud-est sont aujourd’hui tenus par le crime organisé.

La Conférence des parties, qui se tient jusqu’au 14 mars, a aussi entériné le 8 mars l’inscription dans l’annexe II d’une quarantaine d’espèces de tortues terrestres ou d’eau douce d’Asie et d’Amérique du Nord, consommées dans la médecine traditionnelle et l’alimentation chinoises ou recherchées par les collectionneurs. Cette proposition avait été formulée conjointement par le Vietnam et les Etats-Unis.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus