Cinq nouveaux requins protégés par la CITES

Le 15 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un peu de répit pour le requin marteau
Un peu de répit pour le requin marteau
DR

Depuis dimanche 14 septembre, l’exportation de cinq espèces de requins et des raies mantas est strictement interdite, sauf si elles font l’objet d’un permis d’exportation assurant que «le spécimen a été obtenu légalement et [que] l'exportation ne nuit pas à la survie de l'espèce», a annoncé vendredi la CITES [1].

Requin pointes blanches, requin-marteau halicorne, grand requin-marteau, requin-marteau commun, requin-taupe commun, raies mantas: les voici désormais inclus à l’annexe II de la CITES, qui conditionne l’exportation et la réexportation d’espèces animales protégées à des permis délivrés par le pays d’origine.

«Bien que des requins aient déjà fait leur entrée dans les annexes de la CITES, c’est la première fois que des espèces de grande valeur commerciale, vendues dans des volumes importants, sont intégrées à l’annexe II», observe la CITES dans un communiqué. Avant ces cinq espèces de requins, l’annexe II ne contenait que le requin pèlerin, le grand requin blanc et le requin baleine, de peu d’intérêt commercial.

Si la décision ne s’applique que maintenant alors qu’elle a été adoptée en mars 2013, c’est «afin de donner le temps aux pays de résoudre des problèmes techniques et administratifs de manière à contrôler le commerce», explique la CITES.

Plusieurs pays ont émis des réserves, dont le Canada et le Guyana sur l’ensemble des espèces, le Japon sur les cinq requins, le Yémen sur les trois requins-marteaux, le Groenland et l’Islande sur le requin-taupe. Selon les règles de la CITES, ils ne sont donc pas liés aux nouvelles dispositions pour ces espèces.

Aucun requin en annexe I

Entre 2000 et 2009, de 750.000 à 900.000 tonnes de requins ont été capturées dans le monde, selon des estimations de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). A ce jour, aucune espèce de requin n’est inscrite à l’annexe I, celle qui interdit tout commerce international sauf cas exceptionnel, par exemple à des fins de recherche scientifique.

Cousins des requins, les poissons-scies sont inscrits à l’annexe I. Ils devraient bientôt intégrer la Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices (CMS), lors d’une conférence prévue début novembre à Quito (Equateur), en même temps que plusieurs espèces de raies mantas, le requin-marteau halicorne, le grand requin-marteau, le requin soyeux, l’ours polaire et le lion d’Afrique (voir le JDLE).

[1] Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus