Ciment et santé

Le 29 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
cement
cement

Les cimentiers se mobilisent pour protéger la santé des personnels de chantier. Au programme: la prévention des dermatoses et l’amélioration des conditions de travail.

Lorsqu'il est mélangé à l'eau et mis au contact de la peau, le ciment peut provoquer des irritations. En effet, une fois liquide, le ciment devient alcalin et dégage de la chaleur. Il peut alors provoquer des brûlures (dermites). Mais le ciment peut également occasionner des allergies (dermatoses) au chrome hexavalent, qu'il contient en très faible quantité. Comme l'explique Jean-Paul Escande, chef du service de dermatologie de l'hôpital Cochin, «la première réaction, dite ortho-ergique, est du type brûlure, la deuxième qui est une réaction allergique est du type eczéma. Il faut bien comprendre que l'allergie peut se déclencher du jour au lendemain: vous pouvez travailler pendant 10 ans sans rien avoir et un jour, vous devenez allergique.»

Afin que les dermatoses ne soient pas une fatalité, l'industrie cimentière française, qui représente 5.200 salariés (dont 26 % d'ouvriers), a décidé de sensibiliser son personnel. Grâce à une campagne d'information et de communication menée par les organismes compétents de la filière béton, l'utilisation croissante de protections (gants, genouillères etc...) a permis de diminuer de moitié le nombre de cas entre 1994 et 1998. En outre, des fiches de données de sécurité, qui informent de la composition du produit et des moyens de protection préconisés, sont désormais mises à la disposition des salariés dans chaque entreprise.

Autre source de risque pour la santé: la manipulation des sacs de ciment. C'est pourquoi, depuis le 5 octobre 2000, les professionnels du secteur (1) ont décidé de remplacer les sacs de 50 kilogrammes par des sacs de 35 kilogrammes. Ainsi, le nouveau conditionnement de 35 kilogrammes allège de 30% la charge transportée. Ce choix résulte de l'expérience tirée sur les chantiers et constitue, selon les cimentiers, «le bon équilibre entre une diminution importante du poids des sacs et une augmentation raisonnable du nombre de manipulations». En outre, ce nouveau conditionnement limite l'impact sur l'environnement, le houssage plastique n'étant pas indispensable à la stabilité de l'empilement sur palette. Enfin, le sac de 35 kilogrammes facilite le respect du dosage habituel du ciment, cette masse permettant de réaliser 100 litres de béton.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus