Cigéo: le débat public se poursuit, autrement

Le 04 juillet 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le laboratoire de Bure pourrait servir de modèle au futur Cigéo.
Le laboratoire de Bure pourrait servir de modèle au futur Cigéo.
VLDT

Débattre sereinement du projet de stockage souterrain de déchets nucléaires à haute activité (Cigéo) n’a rien de simple. Et la Commission nationale du débat public (CNDP) le constate amèrement.

Six semaines après son ouverture officielle [JDLE], la CNDP ne peut que déplorer l’annulation des deux premières réunions publiques, perturbées par des opposants au projet Cigéo, porté par l’Andra.

Pour poursuivre la discussion, la CNDP modifie le dispositif initial de concertation. Localement, plusieurs dizaines de rencontres seront organisées avec les élus, «au niveau des communes, des cantons ou des intercommunalités, sous plusieurs formes: permanences, auditions publiques, petites réunions», indique un communiqué de la CNDP.

À partir du 11 juillet, une dizaine de débats thématiques seront organisés sur la toile. Le public sera invité à poser ses questions, ou à formuler son opinion, sur le site internet de la commission particulière du débat public (CPDP). Pour lui répondre: des représentants de l’Andra, des experts français et étrangers et des parties prenantes du débat (élus, responsables d’association, syndicalistes, entrepreneurs...).

Sur le modèle du débat sur la transition énergétique, la CPDP va aussi organiser une conférence de citoyens, avec des habitants de la Meuse et de la Haute-Marne, les deux départements concernés par le projet. Enfin, la CPDP va prolonger le débat de deux mois. La concertation devrait donc s’achever le 15 décembre prochain.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus