Chute des cours de quotas de CO2: EDF répond

Le 09 mai 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

EDF n’a pas été surpris par le récent décrochage des cours du quota de CO2. Mieux, l’électricien français a des propositions à faire pour éviter que ne se reproduise une telle chute.

A l'occasion du 2e colloque franco-allemand des électriciens qui s'est tenu à Berlin le 5 mai, Jean-Pierre Benqué, directeur de la branche commerce d'EDF, a évoqué la problématique du prix de l'électricité et des marchés. Selon lui, 3 facteurs ont fait monter le prix de l'électricité ces derniers mois: un rééquilibrage de l'offre et de la demande sur la plaque France-Allemagne, l'augmentation du prix des hydrocarbures, mais aussi l'effet CO2. Malgré la gratuité du quota distribué aux électriciens, il n'est pas anormal, selon Jean-Pierre Benqué, que le marché du CO2 ait un impact sur les prix de l'électricité. «Sinon, il n'y a pas d'incitation à investir dans des équipements moins émetteurs de CO2.» Sur un quota à 30 euros, 20 euros auraient ainsi été transférés sur le prix de l'électricité. «En revanche, la chute brutale du prix du quota entre le 24 et le 27 avril, a contribué à faire baisser immédiatement les prix des contrats forwards d'électricité de 7 à 10 euros par mégawattheure (MWh).» Le risque, selon le dirigeant d'EDF, c'est désormais que des clients et des politiques contestent ce marché. Raison pour laquelle il formule des propositions pour «lui rendre une légitimité.» Premièrement, le réguler, via une indemnité libératoire (autour de 7 euros le quota), et deuxièmement, créer une banque de CO2 pour réguler le cours, comme celui qui existe sur les marchés financiers.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus