Christof Holliger, une vie de recherche sur les bactéries

Le 29 octobre 2004 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A 45 ans, Christof Holliger, ce spécialiste suisse des biotechnologies environnementales a été nommé professeur associé à la faculté de l’environnement naturel, architectural et construit (Enac) de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en juillet dernier. Ses recherches sur le développement d’outils moléculaires qui détectent des bactéries capables de dépolluer des nappes phréatiques des chloroéthènes lui ont permis d’asseoir sa réputation chez les biologistes. En effet, si l'on connaissait le potentiel biochimique des nappes phréatiques et des sols, on ignorait les mécanismes et la composition de cette «soupe biologique». L’apparition des outils moléculaires permet actuellement d’évaluer le potentiel de dépollution contenu dans une nappe phréatique ou un sol et de créer des copies des bactéries pour développer et accélerer ce potentiel. Car selon Christofer Holliger, une dépollution peut être naturelle, même si elle dure 50 ans. Quand les chercheurs auront trouvé les mécanismes exacts qui permettent aux enzymes de traiter les polluants, ils pourront peut-être créer des catalyseurs artificiels, beaucoup plus rapides que les procédés physico-chimiques.
Christof Holliger s’est spécialisé dans la dépollution des chloroéthènes depuis sa thèse qui s’est déroulée aux Pays-Bas, à l’université de Wageningen. En 1992, il repart en Suisse en tant que chercheur. Il rejoint, en 1998, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus