Chlordécone: un appel à projet sur le lien avec les cancers de la prostate

Le 23 janvier 2019 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
D'autres pathologies graves attendent d'être approfondies.
D'autres pathologies graves attendent d'être approfondies.
DR

Après la reconnaissance ambiguë du scandale sanitaire en cours aux Antilles, l’Etat français approfondit la recherche sur le lien de causalité entre cancer de la prostate et exposition au chlordécone. Les travailleurs malades des bananeraies pourraient, fin 2019, bénéficier d’une inscription au tableau des maladies professionnelles.

Les financements seront-ils, cette fois-ci, à la hauteur des enjeux? Répondant à une question du sénateur Dominique Théophile, qui dénonçait les études «encore trop peu nombreuses» sur le lien entre le pesticide et le cancer de la prostate aux Antilles, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la santé Christelle Dubos a expliqué que l'Institut national du cancer (Inca) avait été saisi en avril 2018 afin de «mettre en place une étude pour répondre à la question du lien» entre exposition au chlordécone et cancer de la prostate et «d'organiser le lancement d'un appel à projets», au cours du premier semestre 2019.

Couper les vivres

Cela ne serait pas la première fois que des scientifiques se pencheraient sur ce lien de causalité. En 2010, de premiers résultats de l’étude Karuprostate révélaient un lien entre imprégnation à la chlordécone et cancer de la prostate: les hommes avec le taux le plus élevé de chlordécone dans le sang avaient un risque plus de 2,5 fois plus élevé que les non exposés. Puis en 2013, Madiprostate, le volet martiniquais de l’étude Karuprostate, n’a pu aboutir, ses financements lui ayant été retirés en 2014 par l’Inca… alors dirigé par Agnès Buzyn, désormais ministre de la santé.

Effets ethniques

L’exercice scientifique n’est pas évident car les populations d’origine africaine ont, génétiquement, un risque accru de cancer de la prostate. Or l’incidence de cette maladie est similaire chez les populations noires d’autres pays, par exemple aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, sans empoisonnement massif à la chlordécone, rappelait Santé publique France en 2016. Ce qui ne disculpe évidemment pas la chlordécone, loin de là. Pour cela, rien n’empêche de calculer, au-delà de ces effets ethniques, la part attribuable de la chlordécone dans les cancers de la prostate aux Antilles.

Tableau des maladies professionnelles

Lors d’une visite dans ces îles fin septembre, Emmanuel Macron avait annoncé l’ouverture d’une procédure permettant de reconnaître l’exposition à la chlordécone comme maladie professionnelle. Les travaux d'expertise de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Anses sur le cancer de la prostate et son lien avec l'exposition au pesticide «seront versés à l'instruction des commissions en charge de la création des tableaux de maladies dans le courant du premier semestre 2019» a confirmé Christelle Dubos. Mais il faudra patienter jusqu’à fin 2019 «pour voir aboutir la procédure». Malades, encore un peu de patience…

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus