Chirac lance son «appel de Paris» pour la création d’une Onue

Le 05 février 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
chirac_conference400
chirac_conference400

La Conférence de Paris sur l’environnement, réunissant des personnalités venant de plus de 60 pays, s’est achevée samedi 3 février, sur un appel du Président de la république à la création d’une Organisation des Nations unies pour l’environnement (Onue)

«Nous tous ici présents, citoyens de la terre, nous appuyons les efforts des nations qui se mobilisent pour renforcer la gouvernance internationale de l'environnement. Nous appelons à transformer le Programme des Nations unies pour l'environnement en une véritable organisation internationale à composition universelle. Nous appelons tous les Etats à rejoindre ce combat».

C'est en ces termes que Jacques Chirac a clôturé la Conférence de Paris pour une gouvernance écologique mondiale, devant l'assemblée des participants, samedi 3 février au Palais de l'Elysée. Appelée de ses voeux, cette Onu pour l'environnement, vise à être «un instrument pour évaluer les dommages écologiques et comprendre comment y remédier, promouvoir les technologies et les comportements les plus respectueux des écosystèmes, soutenir la mise en oeuvre des décisions environnementales à travers la planète».

Constatant, faute de financements, l'échec des Objectifs du millénaire fixés par l'Onu en 2000, le Président français a jugé nécessaire par le biais de cette future organisation de créer des modes de financements innovants pour résoudre les problèmes au niveau local et soutenir les pays pauvres. «Nous nous sommes donné bonne conscience avec les Objectifs du millénaire mais nous n'avons rien fait, ou si peu. L'argent ne peut venir que des nations riches», a-t-il déclaré avant de s'en prendre aux nations «pour qui les principes du libéralisme sont intouchables».

Six ateliers, organisés dans le cadre de la conférence, s'étaient déroulés la veille sur des thèmes précis comme «faire de l'eau un enjeu partagé» ou «inventer la croissance écologique». Les conclusions des travaux ont été présentées par leurs présidents respectifs qui ont tous salué l'initiative de Jacques Chirac.

Le commissaire européen à l'environnement, Stavros Dimas, a ainsi réaffirmé le soutien de l'Union européenne au projet d'Onue, estimant qu'il est «mieux d'un point de vue économique d'agir immédiatement en se fixant pour objectif de ne pas dépasser les 2°C supplémentaires d'ici 2100». Le commissaire européen a jugé nécessaire «de convaincre les plus gros pays émetteurs de gaz à effet de serre, et en premier lieu les Etats-Unis» de rejoindre cette organisation.

S'exprimant sur les questions de santé environnementale, l'ancien prix Nobel de chimie mexicain Mario Molina, a proposé d'améliorer l'expertise scientifique et de mettre sur pied à partir des résultats une réglementation contraignante incitant tous les secteurs, et en particulier celui des transports, à réduire leurs émissions polluantes.

L'économiste américain Jeremy Rifkin a souhaité que les nations cessent de penser en terme de «géopolitique» mais de «biopolitique» et prennent à nouveau en compte les notions «d'espèce» et de «communauté». «Aujourd'hui, on parle d'un monde sans frontières, a-t-il affirmé, et effectivement, les changements climatiques ne s'arrêtent pas aux frontières. Au XXe siècle, le défi scientifique était l'homme sur la lune. Au XXIe, il s'agira simplement de soigner la planète».

Enfin, l'ex-Premier ministre et président du comité d'honneur de la conférence de Paris, Alain Juppé, s'est déclaré en faveur d'une gouvernance écologique cohérente au niveau mondial, constatant «la fragmentation des institutions environnementales, le manque de suivi des accords et la prise en compte insuffisante des questions environnementales». «Nous avons bon espoir de gagner ce combat car il est nécessaire et juste», a-t-il conclu.

Composé pour l'instant de 45 pays, un groupe pionnier préfigurant la future institution devrait se réunir pour la première fois au Maroc au printemps prochain.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus