Chine : rat + renard = viande de mouton

Le 09 mai 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En Chine, tout animal qui présente son dos au soleil est comestible.
En Chine, tout animal qui présente son dos au soleil est comestible.

La Chine se trouve confrontée à un nouveau scandale alimentaire, avec entre autres la découverte dans la province orientale du Jiangsu de viande de mouton composée en réalité de rat et de renard.

Menée au cours des 3 derniers mois, l’opération de contrôle a permis la découverte de «382 cas de viande coupée avec de l'eau, de faux mouton ou bœuf, de viande avariée et de produits contenant de la viande toxique et dangereuse», soit «20.000 tonnes de produits carnés frauduleux ou de qualité inférieure», a annoncé le ministère chinois de la sécurité publique.

Au total, 904 suspects ont été arrêtés. Outre la peu ragoûtante viande de mouton du Jiangsu, les autorités ont découvert du lait frelaté, des pattes de poulet traitées à l’eau oxygénée dans la province du Guangdong, ou encore du chou avarié imbibé au formol. Autant de traitements chimiques interdits, censés rallonger la période de conservation du produit.

Les autorités judiciaires du pays ont annoncé leur volonté de durcir les sanctions contre de telles manipulations des aliments. Une promesse déjà faite plusieurs fois par le passé suite à ce genre d’affaire, pour l’instant sans grand impact. Mardi 7 mai, l’agence officielle Xinhua a d’ailleurs révélé que 18 personnes étaient décédées, en 2013, suite à une infection alimentaire, soit 50% de plus qu’en 2012 sur une base annuelle.

Voilà qui devrait redonner du cœur à l’ouvrage au ministère français de l’agriculture et de l’agroalimentaire, qui a annoncé, fin avril, en marge du déplacement en Chine de François Hollande, la signature d’un accord de coopération franco-chinois sur la sécurité des aliments importés et exportés.

A la lecture de cet accord -que le ministère s’avère pour l’instant peu empressé de commenter-, il semble surtout s’agir de stimuler le marché français en Chine. «Aujourd’hui la Chine (hors Hong Kong), avec 1,7 milliard d’euros d’exportations agricoles et agro-alimentaires, compte pour 2,6% de nos ventes agroalimentaires à l’étranger en valeur. Celles-ci sont constituées à 60% de vins et spiritueux et ont progressé de 14% entre 2011 et 2012», indique le ministère à l’occasion de la visite en Chine du ministre délégué en charge de l’agroalimentaire, Guillaume Garot.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus