Chine : les déportés de l’eau

Le 13 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est l’aspect tragique d’un projet titanesque. Depuis quelques mois, les engins de terrassement ont commencé la construction de formidables canaux d’adduction d’eau. Officiellement lancé en 2001, le Projet de basculement des eaux du Sud vers le Nord (SNWD, selon l’acronyme officiel en anglais) détournera une partie des eaux d’affluents du Yantse pour les amener dans les régions de Beijing et de Tianjin.

Deux canaux sont en cours de construction, l’un de 1.900 kilomètres de long, l’autre de 1.400. Attribué à Mao Zedong, cet énorme chantier vise à améliorer, à partir de 2014, l’approvisionnement en eau potable des mégapoles du nord-est du pays et de son secteur agricole. Cette partie de la Chine abrite, en effet, 64 % des terres arables, mais seulement 20 % des réserves d’eau.

Jeudi 12 août, ont débuté les première expulsions des habitants de la région du Hubei (centre). 500 personnes ont été évacuées vers des régions voisines. Elles constituent l’avant-garde des déplacés du SNWD. Dans les prochains mois, ce sont 330.000 personnes, du Hubei et du Henan, qui devront quitter leur foyer. Selon les estimations de certaines ONG, le total des personnes déportées devrait s’élever à 440.000. Ce qui en ferait le plus gros déplacement organisé depuis la construction du barrage des Trois Gorges qui avait nécessité, dans les années 1990, l’évacuation et le relogement de 1,2 million de Chinois.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus