Chassez la suie

Le 24 février 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 Longtemps négligé, l’impact environnemental des suies dans l’atmosphère est des plus importants. En témoigne un rapport publié par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM) en début de semaine.

Fruit d’une combustion incomplète de produits fossiles ou de biomasse, les suies (ou charbon noir) sont un polluant dans toutes les couches de l’atmosphère. A basse altitude, elles sont à l’origine de troubles du système respiratoire, à l’origine de la mort de plusieurs millions de personnes par an.

Dans les strates plus élevées, elles modifient la circulation des courants aériens, ce qui perturbe grandement les moussons asiatiques.

Dotées d’un pouvoir de réchauffement global plusieurs centaines de fois supérieures à celui du CO2 (mais contrairement au gaz carbonique sa durée de vie n’excède pas quelques semaines), les suies ont aussi un important impact sur les changements climatiques.

Le rapport propose de très nombreuses façons de réduire considérablement les émissions de particules de charbon noir (mais aussi de méthane et de précurseurs à la formation d’ozone troposphérique). Des politiques qui, si elles étaient mises en œuvre, pourraient abaisser de 0,5°C la température moyenne globale, assainir la qualité de l’air, notamment en Asie, et sauver la vie de plus de 2 millions de personnes par an.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus