Chasse à la baleine: le Japon prend acte

Le 02 avril 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le baleinier japonais Nissin Maru va devoir se reconvertir
Le baleinier japonais Nissin Maru va devoir se reconvertir
?Sea Shepherd

Le Japon a annoncé, ce 2 avril, qu’il respecterait la décision de  la Cour internationale de justice (CIJ) lui ordonnant d’arrêter sa chasse aux rorquals. Mais la chasse à la baleine n’est pas totalement abandonnée dans le monde. La Norvège a affirmé, le 1er avril, qu’elle comptait chasser 1.286 baleines cette année.

Paradoxe? Alors que le Japon doit mettre fin à son programme Jarpa II, dont le caractère scientifique a été rejeté par la CIJ, la Norvège poursuit, cette année encore, sa chasse commerciale à la baleine.

Son ministre de la pêche, Elisabeth Aspaker, a annoncé dans un communiqué que le quota 2014 s’élevait à 1.286 baleines de Minke dans l’Atlantique Nord, comme c’est le cas depuis 2010. «Cette année aussi, nous avons décidé d’un quota qui assure une continuité et un cadre satisfaisant pour le secteur de la chasse à la baleine», a-t-elle déclaré.

Comme l’Islande, la Norvège a refusé de signer le moratoire international de 1986. Ce sont les seuls pays à monde à pratiquer la chasse au cétacé à des fins commerciales, avec les îles Féroé.

 

Une activité en voie d’extinction

L’an dernier, Oslo a harponné 594 cétacés. Selon Greenpeace Norvège, les consommateurs boudent désormais la viande de baleine. «D’année en année, les quotas ne sont pas remplis. Ce nouveau quota n’a pas lieu d’être aussi élevé. De toutes façons, c’est une activité en voie d’extinction», a déclaré son président Truls Gulowsen.

De son côté, Tokyo a pris acte de la décision de la CIJ. «C’est extrêmement regrettable et décevant mais le Japon s’y conformera», a déclaré ce 2 avril le Premier ministre Shinzo Abe.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus