Chanteguet quitte le groupe de travail sur les autoroutes

Le 09 mars 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Jean-Paul Chanteguet ne veut pas d'un arrangement avec les SCA.
Jean-Paul Chanteguet ne veut pas d'un arrangement avec les SCA.

Il n’est jamais trop tard pour marquer son désaccord. A la veille du rendu de son rapport, le député (PS) Jean-Paul Chanteguet annonce sa démission du groupe de travail sur les autoroutes, composé de parlementaires et de fonctionnaires. Dans une lettre ouverte au Premier ministre, le président de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale explique son retrait: «Le groupe de travail a (...) servi, au mieux de parodie de consultation, au pire de moyen d'instrumentaliser les parlementaires», affirme-il dans un communiqué.

renationalisation des concessions

Le député de l’Indre milite depuis longtemps pour une renationalistation des concessions autoroutières, jugées extrêmement rentables. De fait, l’Autorité de la concurrence avait estimé, dans un rapport publié le 18 septembre dernier, à 20% ou plus la rentabilité des sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA) depuis leur privatisation.

Contestée par les entreprises, cette estimation a servi de prétexte au gouvernement pour retoquer l’augmentation des tarifs autoroutiers, prévue pour le 1er février dernier. Une décision attaquée devant le Conseil d’Etat par les SCA. Pour éviter la répétition du coûteux fiasco Ecomouv', le gouvernement a constitué, le 31 décembre, un groupe de travail chargé de plancher sur une réforme des concessions autoroutières. Se profilait déjà à l’horizon un accord prévoyant un allongement de la durée des concessions en l’échange de la promesse de réaliser 3 milliards de travaux.

règlement rapide

Ce dont se formalise aujourd’hui le député: «Après un mois de travail, je constate que le gouvernement, loin d’avoir accepté de réaliser une analyse en profondeur, qui lui donnerait tous les moyens de décider en connaissance et en responsabilité sur un sujet d’intérêt national, est pressé de conclure, sans se donner le temps nécessaire et sans recourir à de véritables expertises indépendantes de l’influence des SCA».

Le 4 mars, le ministre de l’économie Emmanuel Macron a annoncé devant le Sénat que le rapport du groupe de travail serait publié le 10 mars et rapidement suivi de mesures concrètes, conformément à la demande du président de la République, -lequel appelait le 7 février à un règlement global et définitif de ces questions.

«Pour ma part, indique Jean-Paul Chanteguet, je refuse d’avaliser plus avant cette mise en scène et met un terme à ma participation à ce groupe de travail, dont les travaux, consciencieusement organisés et orientés, ont eu pour objectif de montrer que, de rente, il n’y avait pas et que l’idée de la résiliation était irréaliste, pour ne pas dire irresponsable.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus