Chantage aux subventions à Gardanne

Le 09 octobre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'autorisation d'exploiter avait été annulée par le tribunal administratif de Marseille
L'autorisation d'exploiter avait été annulée par le tribunal administratif de Marseille
FNE Vaucluse

Après avoir été menacés d’une suppression de leurs subventions par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca ), les parcs naturels régionaux (PNR) du Verdon et du Lubéron ont finalement accepté d’abandonner leurs poursuites contre Uniper, l’exploitant de la centrale de Gardanne, a révélé le site Reporterre.
 

 

A Gardanne, la justice est mise en sourdine. Alors que le tribunal administratif de Marseille avait donné raison aux PNR du Verdon et du Lubéron, le 7 juin dernier, en annulant l’autorisation d’exploiter la plus grande centrale à biomasse de France, à Gardanne, et que le ministère de l’écologie avait fait appel en juillet aux côtés de l’exploitant, la lutte judiciaire contre ce projet très contesté prend un coup dans l’aile. Dans le protocole d’accord signé le 29 septembre avec la région et Uniper, les PNR s’engagent à abandonner toute poursuite pendant trois ans. Entre temps, la préfecture des Bouches-du-Rhône avait d’ailleurs repris la main en accordant au groupe allemand une autorisation provisoire de 9 mois.

 

Changement de majorité régionale

Alors que l’ancienne majorité régionale (PS, EELV et FG) avait voté un moratoire sur le projet, estimant -comme les PNR- qu’il mobilisait trop de ressources en bois au détriment des usages locaux de la biodiversité, l’actuel conseil régional (LR) le voit d’un autre œil. «L’écologie doit être mise au service de l’économie pour faire de la croissance verte un atout et faire gagner la France», écrit l’exécutif dans un communiqué.

FNE Paca devrait suivre l’exemple de PNR en signant à son tour le protocole d’accord pour préserver ses subventions. De son côté, Uniper s’engage à rendre son étude d’impact conforme au programme national de la forêt et du bois 2016-2020 et à publier, chaque année, les quantités de bois déclarées par ses fournisseurs.

 

150 MW de puissance

La centrale de Gardanne comporte deux unités, l'une au charbon et l'autre qui fonctionne en brûlant du bois. L'ensemble n'est pas encore en service, mais a déjà tourné à plein régime pour des tests et a déjà injecté de l'électricité dans le réseau.

D'une puissance de 150 mégawatts (MW), la centrale biomasse de Gardanne représente un investissement de 250 millions d'euros et génère selon son exploitant 80 emplois directs. Elle doit fournir à terme 6% de la production d'électricité de la région Paca, en consommant 850.000 tonnes de bois par an, pour moitié des déchets, pour moitié du bois issu de coupes forestières.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus