Changement climatique: ne pas réduire seulement les émissions de CO2

Le 12 février 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les politiques de lutte contre le réchauffement climatique sont censées réduire les émissions d'un «bouquet» de gaz à effet de serre (GES) (1), commodément nommé «équivalent CO2». Mais – dérive du marché du carbone? – au lieu de s'attaquer à tous les GES, les politiques ont tendance à ne s'intéresser qu'au seul «équivalent CO2» et donc, par raccourci, au seul CO2, ce qui risque de conduire à des erreurs stratégiques, estiment Hervé Letreut, Bernard Laponche et Benjamin Dessus (2) dans la revue la Recherche.

L'équivalent CO2 est justement censé prendre en compte tous les GES, qui n'ont pas le même «potentiel de réchauffement global» (PRG), rappellent les trois auteurs. Le terme a été conçu par le Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique (Giec) «pour indiquer la contribution relative de l'émission ponctuelle d'un kilo de GES au réchauffement de la planète pendant une période déterminée, 100 ans par exemple, par rapport à l'émission ponctuelle d'un kilo de CO2, sur la même période.»

Le PRG d'un GES varie donc dans le temps car il s'accumule dans l'atmosphère. C'est cet effet cumulatif qui n'est pas pris en compte dans les politiques de réduction. Les auteurs donnent un exemple: «en 2005 la France a émis 2,65 millions de tonnes (Mt) de méthane (CH4) et 341 Mt de CO2 (en tenant compte des puits de carbone). Les émissions de CH4 sont actuellement comptées pour 56 Mt de CO2 (et donc pour 16% de celles de CO2). C'est parfaitement juste en ce qui concerne les effets intégrés jusqu'en 2105. Mais si l'on se place à l'horizon 2055, l'émission ponctuelle de méthane de 2005 prend une importance beaucoup plus grande en termes d'effet intégré sur le climat: le PRG à l'horizon de 50 ans est de 42, la valeur ‘équivalente' en émission de CO2 est donc de 111 Mt et 33% des émissions de CO2.»

«Il est donc important, conclut l'article, que des politiques de réduction des émissions de GES soient définies pour chacun des principaux gaz (…) [et notamment] la réduction à court terme des émissions de méthane, dont les effets sont élevés à l'horizon de quelques décennies.»



(1) Les principaux gaz à effet de serre émis par les activités humaines sont le gaz carbonique (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O). Les chlorofluorocarbures (CFC) ont également pour effet d'appauvrir la couche d'ozone

(2) Hervé Le Treut est directeur du laboratoire de météorologie dynamique du CNRS. Benjamin Dessus, ingénieur et économiste. Il préside l'association Global Chance. Bernard Laponche, ancien directeur de l'Agence française de la maîtrise de l'énergie, est expert en politiques énergétiques




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus