Changement climatique et stratégie des électriciens

Le 13 avril 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les années qui viennent devraient apporter leur lot de changements radicaux. C’est l’avis général d’une centaine de patrons de compagnies électriques, interrogés par Pricewaterhouse Coopers.

Dans son étude annuelle sur les «utilities», (dont l'édition 2006 est intitulée The big leap), le consultant dresse l'état d'esprit des grands électriciens. 64% d'entre eux se disent convaincus que le secteur va connaître de grands changements au cours des 20 prochaines années. Et pas seulement parce qu'il faudra renouveler et développer les parcs de production. Une grande majorité des personnes interrogées s'inquiète de la difficulté à sécuriser les approvisionnements énergétiques. Et nombreux sont aussi ceux qui pensent que le risque de black out ne fait que s'accroître. Plus d'ailleurs dans le secteur de l'électricité que dans celui du gaz.

Cela étant, la pression de l'environnement se fait de plus en plus sentir. Le développement des énergies renouvelables (ENR) et la maîtrise des émissions polluantes entrent désormais dans le peloton des 6 sujets préoccupant le plus les énergéticiens. Ce qui n'était pas le cas il y a 2 ans. Sans oser le dire aussi ouvertement, le changement climatique est devenu un vrai sujet stratégique pour le secteur énergétique. Raison pour laquelle les entreprises du secteur attachent à nouveau beaucoup d'importance au progrès technologique, notamment dans les domaines du charbon propre, des utilisations du gaz, de l'énergie nucléaire, des ENR et des installations de production d'électricité décentralisée, comme les micro turbines ou les piles à combustible. Curieusement, dans les techniques de réduction des rejets de CO2, la séquestration ne recueille pas tous les suffrages, les électriciens lui préférant encore les ENR et la gazéification du charbon.

Plus de 60% des sondés s'attendent aussi à voir se développer les marchés de quotas, notamment aux Etats-Unis. Mais les permis d'émissions ne sont plus la seule arme climatique utilisée par les électriciens. Pas moins de 63% des dirigeants de compagnies européennes avouent avoir acheté des unités de réduction certifiée d'émission, les quotas générés par les projets de mécanisme de développement propre (MDP).Une façon, peut-être, d'anticiper la diminution des allocations de quotas des prochains Plans nationaux d'allocation des quotas d'émissions de gaz à effet de serre (Pnaq)?




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus