Changement climatique et emploi: agir à l’échelon européen

Le 11 juillet 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
P-010297-00-2
P-010297-00-2

La Confédération européenne des syndicats (CES) et le cabinet d’expertise Syndex ont présenté le 4 juillet les conclusions d’une étude sur le changement climatique et son impact sur l’emploi. Une réflexion sur les reconversions professionnelles apparaît nécessaire.

Evaluer l'impact quantitatif et qualitatif du changement climatique et des mesures de réduction de CO2 sur l'emploi à l'horizon 2030. C'était l'objectif d'une étude (1) commandée par la Commission européenne et menée par un consortium constitué de la Confédération européenne des syndicats (CES), la Social development agency (Sad), le cabinet d'expertise français Syntex, et deux instituts allemand et espagnol. Elle s'adresse en particulier aux organisations syndicales et aux décideurs politiques, et constituera un support pour les syndicats français lors du Grenelle de l'environnement.

«L'étude permet de passer d'une approche globale à une approche plus concrète, territoriale et sectorielle», a indiqué Jean-Christophe Le Duigou, secrétaire de la Confédération générale du travail (CGT). Le constat suivant a été fait: un changement climatique même modéré affectera l'activité économique et l'emploi en Europe, et des secteurs professionnels seront plus touchés que d'autres (agriculture, pêche, tourisme…). Des effets positifs sont toutefois possibles: par exemple, la demande de produits et de services pourrait augmenter dans le domaine des assurances, et le potentiel hydroélectrique de l'Europe septentrionale pourrait augmenter du fait de précipitations accrues.

Le consortium a par ailleurs analysé l'impact d'une économie européenne plus sobre en CO2 à l'horizon 2030, en particulier dans les secteurs de la production d'énergie, des transports, des industries de l'acier et du ciment, et du logement-construction économique, qui représentent ensemble 90% des émissions de CO2. Le gain net global d'emplois sur ces secteurs est estimé à 1,5%. «Les mesures permettant à l'Union européenne de réduire ses émissions de CO2 d'environ 40% en 2030 ne détruisent globalement pas d'emplois, mais induisent des modifications substantielles de l'offre et de la demande d'emplois et de qualification, au sein des secteurs et entre secteurs», souligne l'étude. Les politiques climatiques devraient notamment contribuer à augmenter la demande de travailleurs de plus en plus éduqués et qualifiés, que ce soit en matière de développement technologique ou d'innovation.

Le consortium propose l'instauration de programmes de transition pour l'emploi, négociés avec les partenaires sociaux, et qui permettraient de sécuriser les travailleurs. Il suggère également d'ouvrir un dialogue entre employeurs, syndicats et pouvoirs publics européens sur la mise en oeuvre des politiques d'adaptation au changement climatique. L'étude précise par ailleurs que les gouvernements de l'Union européenne doivent «accorder des droits aux représentants des travailleurs (…) afin qu'ils soient informés, consultés et qu'ils puissent participer aux décisions touchant au changement climatique». Enfin, la création d'un observatoire européen sur les mutations économiques et sociales liées au changement climatique est envisagée, afin de soutenir le développement des relations industrielles.



(1) «Impact sur l'emploi du changement climatique et des mesures de réduction des émissions de CO2 dans l'Union européenne à 25 à l'horizon 2030»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus