Chamonix essaie de retrouver un peu d’air

Le 27 février 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les élus veulent interdire les véhicules les plus polluants d'ici à 2020
Les élus veulent interdire les véhicules les plus polluants d'ici à 2020

Les élus de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) ont présenté, le 25 février, un plan d’action pour lutter contre la pollution atmosphérique dans la vallée de l’Arve.

Selon un bilan réalisé par Air Rhône-Alpes, la vallée a connu l’an dernier 45 dépassements journaliers d’un seuil d’information ou d’alerte. Dans 90% des cas, il s’agissait d’une pollution aux particules fines (PM10). Pour le reste, la population a été exposée à de fortes concentrations d’ozone, de dioxyde de soufre et de dioxyde d’azote. Cette pollution s’avère chronique dans la région de Chamonix, qui a déjà enregistré 54 dépassements en 2013, 46 en 2012 et 51 en 2011.

La communauté de communes a donc décidé de suivre l’exemple de Paris en interdisant, d’ici 2020, les véhicules les plus polluants.

Dans un premier temps, l’interdiction de circulation touchera les poids lourds Euro 3 de plus de 7,5 tonnes. Cette mesure aura un caractère permanent à partir du 1er juillet prochain. Ceux-ci représentent 10% du transit mais près de 20% des émissions de particules fines et d’oxyde d’azote.

Une mesure incitative vise aussi à réduire le trafic automobile en développant la gratuité des transports collectifs.

Pour réduire les émissions provenant du chauffage au bois, responsable de trois quarts des rejets de PM10 pendant l’hiver, les élus annoncent la création, en 2015, d’un fonds Energie Habitat doté de 4 millions d’euros. Dédié à la rénovation des résidences principales, il complètera l’actuel crédit d’impôt transition énergétique (30% du coût des travaux) par une subvention couvrant 20% du montant de la facture.

Quant à l’étude épidémiologique attendue dans la vallée de l’Arve, les élus veulent presser le mouvement. Ils ont de nouveau écrit au président Hollande le 14 février pour qu’elle soit lancée par l’Agence régionale de santé (ARS). Leur demande initiale remonte à septembre 2012.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus