Ceta: le climat bientôt pris en compte ?

Le 28 septembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
 Cecilia Malmstrom et Jim Carr évoquent l'aspect climatique du Ceta.
Cecilia Malmstrom et Jim Carr évoquent l'aspect climatique du Ceta.
EU

L’Union européenne et le Canada ont signé un protocole pour prendre en compte l’environnement et le climat dans l’application du traité de libre-échange, signé en octobre 2016.


L’une des principales critiques faites à l’accord commercial conclu entre l’Union européenne et le Canada (le Ceta) est-elle en train de tomber ? Pas impossible, si les actes suivent les promesses.
Jeudi 27 septembre, à l’occasion de la première réunion du Comité mixte du Ceta, Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce et James Carr, ministre canadien de la diversification du commerce international, ont adopté plusieurs recommandations, dont l’une vise la prise en compte du changement climatique.

urgente nécessité
Dans cette note de trois pages, les deux parties reconnaissent «l’urgente nécessité d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris». Ce qui est heureux. Il donne aussi la possibilité au Canada et à l’Union européenne «de définir leurs propres priorités environnementales, d’établir leur propres niveaux de protection de l’environnement et d’adopter ou de modifier en conséquence leur législation et leurs politiques en la matière, tout en tenant compte de leurs obligations internationales, y compris celles prévues par des accords multinationaux sur l’environnement.»
Les progrès éventuels pourraient être constatés lors de la prochaine réunion du comité, qui aura lieu, l’an prochain, en Europe.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus