Ces villes qui luttent pour la nuit noire

Le 11 janvier 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (Anpcen) vient de labelliser 64 communes françaises[1] qui ont réduit leur pollution lumineuse, annonce-t-elle dans un communiqué du 6 janvier.

Pour la deuxième édition du concours « Villes et villages étoilés », soutenu par le ministère de l’écologie et par la Fondation de France, le label a été attribué aux maires des communes méritantes à partir de critères portant sur les installations et l'organisation de l'éclairage public, l'aménagement des sources lumineuses dans l’espace et leur temps de fonctionnement.

« Nous avons conçu ce concours gratuit et ouvert à toutes les communes de France pour promouvoir auprès des collectivités locales et des citoyens la qualité de l’environnement nocturne tant pour les humains que pour la biodiversité, inciter aux économies d'énergie, à la diminution des émissions de gaz à effet de serre liées à l’éclairage public, et à la baisse de coûts publics inutiles », indique l’Anpcen.

Pour obtenir le label, qui sera valable deux ans (de ½ à 5 étoiles), les villes doivent maîtriser leur consommation énergétique. Cela signifie pratiquer ou développer l'extinction complète ou partielle en cours de nuit, mais aussi optimiser la direction des émissions de lumière pour en limiter l'impact. En effet, les nombreux dispositifs ne concentrent pas toujours la lumière sur la zone à éclairer ou ne rabattent pas convenablement le rayonnement vers le sol. D’où une perte directe d’énergie et une mauvaise qualité d’éclairage (éblouissement des usagers) (dans le JDLE). Mieux vaut utiliser un éclairage passif, éviter les mises en lumière du patrimoine naturel et bâti et supprimer les lampes à lumière blanche « néfastes pour l'environnement et la santé publique », selon l’association.

Les municipalités récompensées peuvent valoriser leurs étoiles sur des panneaux standardisés à implanter à leur entrée, comme pour les « villes fleuries ». Cette année, 15 communes ont réussi à obtenir 5 étoiles.



[1] de L’Hosmes la plus petite commune (dans l’Eure – 49 habitants) à Mûrs-Erigné (dans le Maine-et-Loire – 5.115 habitants), en passant par l’Outremer avec Les Makes, dans l’île de la Réunion.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus