Ces morts subites d’oiseaux et de poissons

Le 05 janvier 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis la nuit du 31 décembre, d’étranges phénomènes inquiètent. Dans la ville de Beebe, dans l'Arkansas, environ 5.000 oiseaux, des carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus), ont été retrouvés morts le 1er janvier au matin. A 160 kilomètres de là, 80.000 à 100.000 poissons sont également morts en même temps. Au Chili, le 2 janvier, ce sont 1.500 puffins fuligineux (Puffinus griseus) qui sont tombés du ciel sur une zone de 10 km, entre les comtés de Mela et de Colmo Yao. Le 4 janvier, la Louisiane découvre 500 volatiles à terre, encore des carouges et des étourneaux, dans la paroisse de Pointe Coupée (à 300 km à l'est de Beebe). Enfin les habitants de Falköping, près de Göteborg (Suède) ont trouvé le 5 janvier entre 50 et 100 choucas des tours (Coloeus monedula) morts sur une route à l'entrée de la ville.

Ces événements sont-ils liés ? En attendant les résultats des analyses sur les victimes, les hypothèses vont bon train.

Les autorités de l'Arkansas sont formelles, il n’y aurait aucun lien entre la mort des poissons près de la ville d’Ozark et celle des oiseaux. Selon la commission Chasse et pêche de l’Etat, la mort des poissons ne serait pas due à une pollution, car seule une espèce a été touchée, sans doute victime d’une épizootie. Il faudra attendre 30 jours pour que les analyses livrent des réponses.

En ce qui concerne les oiseaux de l’Arkansas, un traumatisme semble avoir causé leur mort. Mais lequel ? Frayeur liée aux feux d’artifice de la Saint-Sylvestre ? Orages de grêle ? Coups de canon utilisés pour se débarrasser d'oiseaux nuisibles ? Proximité d’une centrale nucléaire vieillissante (à Russelville) ?

Les premières études écartent la thèse de l’empoisonnement, beaucoup d’oiseaux retrouvés portant des traces de blessures traumatiques. Les carouges à épaulette ont une mauvaise vision nocturne, ils ont vraisemblablement heurté des obstacles à la suite du « choc » qui les a désorientés.

« Les carouges et les étourneaux migrent souvent en grandes bandes pouvant compter jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'individus. Si une perturbation se produit, ils peuvent facilement être désorientés et heurter mortellement des arbres ou des habitations », explique l'ornithologue Melanie Driscoll, directrice des services de protection des oiseaux dans le golfe du Mexique et le bassin du Mississippi.

Pour l’instant la thèse des feux d'artifice semble prédominer, surtout si les détonations se sont produites à proximité d’un dortoir (1 km au plus). La pollution générée par le soufre des explosions a pu perturber les oiseaux, selon certains ornithologues. De tels feux ont été tirés en Arkansas, ainsi qu’à Falköping avant la mort des oiseaux.

En tout état de cause, des phénomènes tout aussi impressionnants ont déjà été observés par le passé. « Il a eu 16 événements similaires ces 30 dernières années, où au moins 1.000 oiseaux sont morts simultanément », a déclaré Paul Slota, porte-parole de l’United States Geological Survey (USGS, le service géologique américain, ndlr). « Ce n’est donc pas si terriblement inhabituel », conclut-il.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus