«Ces gens sont là pour organiser la destruction du bien public»

Le 28 août 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Dominique Bourg.
Dominique Bourg.
DR

C’est un Nicolas Hulot otage d’un gouvernement néolibéral que décrit le philosophe Dominique Bourg. Pas la peine de nommer un nouveau ministre de l’écologie, prévient-il, si c’est pour continuer à détruire le bien commun. La politique du ‘en même temps’ est une voie sans issue.

JDLE – Comment accueillez-vous cette démission?

Dominique Bourg – C’est un soulagement. Le bilan est incrémental, sans avancées d’importance et surtout sans proportion avec un état de la planète dont maintenant tout le monde peut voir la gravité et la rapidité de dégradation. Ce gouvernement est néolibéral et Nicolas Hulot s’est fourvoyé là-dedans. Macron a roulé tout le monde avec son «en même temps», moi y compris. J’ai cru qu’il allait faire une politique à deux niveaux. Un niveau plus immédiat, pour répondre aux exigences de l’économie mainstream, redorer le blason de la France sur la scène internationale… Mais qu’à l’arrière –et je pensais qu’il avait embauché Hulot pour ça!–, il allait faire une politique Climat ambitieuse qui créerait de l’emploi et de nouvelles infrastructures, réorienter l’agriculture vers l’agro-écologie, se tourner vers la TVA circulaire ou commencer à substituer de manière obligatoire des matières biosourcées ou recyclées aux matières premières classiques, etc… On aurait pu préparer l’avenir sans que la contradiction entre les exigences de la croissance et les mesures écologiques soit vive dans les premières années. Ça viendrait après, mais ça viendrait quand l’opinion aurait commencé à changer. Sauf que… ce qui nous fout en l’air, c’est qu’on veut toujours croître.

JDLE – Le fait de ne jamais nommer les adversaires, de mener une écologie ‘policée’ est-il tenable?

Dominique Bourg – Cette politique du ‘en même temps’, si elle avait été vraiment appliquée, aurait braqué la FNSEA et le Medef. Mais pas tous les industriels ou tous les agriculteurs… Dans le patronat ou le monde rural, une partie aurait pu opérer un changement suffisamment puissant.

JDLE –Est-ce ce schisme que Nicolas Hulot n’a plus supporté?

Dominique Bourg – L’été, et les épisodes climatiques sur la Terre, a dû être propice à la réflexion. Il a explosé. Tant mieux! Je suis déçu qu’il n’ait pas démissionnée plus tôt. La seule chose que ce gouvernement a concédé, ce sont des bricoles. Même Notre-Dame-des-Landes, ce n’est pas pour des raisons écologiques. Diminuer le trafic aérien, vous pensez bien que ça n’est pas le problème d’Edouard Philippe… On a affaire à des gens qui n’en ont rien à faire! Qu’ils ne nomment même pas un ministre de l’écologie, mais plutôt un secrétaire d’Etat qui gèrera l’administratif. Ces gens ont renoncé au politique, leur seul truc, c’est le commerce international et le bénéfice de certains grands groupes. Les citoyens, la planète, ça n’est pas leur souci… Eux sont là pour organiser la destruction du bien public. Tant que vous aurez des gens comme ça au pouvoir, ce ne sera pas la peine de faire semblant de faire de l’écologie.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus