Centrales solaires: les oiseaux y laissent peu de plumes

Le 04 mai 2015 par Aude Massiot
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les panneaux solaires sont un danger pour les oiseaux qui croient y voir des lacs.
Les panneaux solaires sont un danger pour les oiseaux qui croient y voir des lacs.
blackrocksolar

Bonnes pour le climat, les centrales solaires le seraient beaucoup moins pour la gent ailée. Les oiseaux auraient la fâcheuse tendance de confondre coin de ciel bleu et panneaux photovoltaïques; les miroirs de centrales à concentration ayant la réputation de griller les oiseaux volant à proximité.

En août dernier, la centrale californienne d’Ivanpah avait fait parler d’elle. Une étude de l’U.S. Fish and Wildlife Service montrait que cette centrale à concentration grillait un oiseau toutes les deux minutes, à cause de la réflexion de ses miroirs. Passereaux, colombes et pigeons payaient le plus lourd tribut.

Un sujet ignoré par les industriels

Le département à l’énergie américain a voulu en savoir plus. La semaine passée, des chercheurs de son laboratoire Argonne ont publié leur analyse de la littérature sur le risque «solaire» pour les oiseaux. Conclusion essentielle: la science ne permet pas (encore) de déterminer la cause réelle de la mort des oiseaux. Est-ce la technologie solaire proprement dite qui est en cause ou seulement le site choisi par l’exploitant (dans un couloir de migration, par exemple)? Impossible de répondre pour le moment. D’autant que les industriels ne rapportent pas les décès d’oiseaux, et encore moins leur raison. Et pour cause: aucun protocole de suivi de l’avifaune autour des centrale solaire n’existe.

Un risque mineur pour les oiseaux

Sur les 6 centrales sur lesquelles a porté l’étude du laboratoire Argonne, 1.384 décès ont été recensés entre 2011 et 2014, dont 54,4% causés par collision avec des panneaux photovoltaïques.  Plus spectaculaires, les décès par brûlure restent minoritaires car uniquement provoqués par les tours solaires des centrales thermodynamiques, un mode de production d’énergie très rare outre-Atlantique.

Quoi qu’il en soit, le péril solaire doit être relativisé: selon une estimation du département américain à l’agriculture, les collisions avec les immeubles, les lignes électriques, les voitures et les éoliennes tuent de 500 millions à un milliard d’oiseaux par an.  



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus