Centrales au bois cherchent combustible désespérément

Le 22 octobre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une fois passée au bois, la centrale de Gardanne pourrait en consommer 700 000 tonnes par an.
Une fois passée au bois, la centrale de Gardanne pourrait en consommer 700 000 tonnes par an.

Le projet de la centrale au bois de Gardanne n’est pas seulement bloqué pour des questions administratives et sociales. Certes, l’installation est actuellement occupée par des grévistes qui protestent contre les restructurations prévues par E.ON; lesquelles concernent tout son parc thermique hexagonal [JDLE].

Cependant, la filiale française de l’énergéticien allemand entend transformer l’une des tranches au charbon de Gardanne en une centrale à biomasse. Un combustible qu’il n’est pas forcément facile de trouver en abondance en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’une capacité de 150 mégawatts électriques, la future installation pourrait consommer environ 700.000 tonnes de combustibles par an. A cela s’ajoutent les 180.000 t annuelles que pourrait brûler la future centrale Inova Var de Brignoles (20 MWe) et les 38.000 t de déchets de bois consommées par les 200 chaudières déjà à bois en service. Sans compter les tonnages dont auront besoin la centaine de chaufferies en cours de mise en service.

Problème: le gisement local semble très insuffisant. Selon les études (Ademe et Proforbiomed), les forêts et les champs de la région pourraient fournir entre 215.000 et 2,8 Mt de combustibles d’origine végétale. Reste à savoir comment. Un beau sujet de discussion lors du comité régional biomasse qui doit prochainement se tenir à Marseille.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus